Sainte Marthe et la Tarasque

Publié le par Sieglind

Bonjour !

Chose promise,.etcetéri, etcetera ! Vous avez voulu des dragons, et bin, vous aurez des écailleux !

On va quand même commencer par des histoires sinon vérifiées, du moins connues (mes délires personnels, on attendra un peu hein ?)
Pour ne pas faire comme tout le monde, je laisse pour plus tard, l’histoire du type qui a servi de modèle aux galettes bretonnes, c’ui-là, et son copain Georges, ils se la pètent un peu trop je trouve ! On les fera passer après les autres, ça leur apprendra, non mais !

On va donc parler de Sainte Marthe et de la Tarasque.





Autour de l'an 48 après Jean-Claude, Marthe, sa sœur Marie Madeleine (la fameuse de « Da Vinci Code » – là, c’est pas de ma faute, si on en revient encore à celle-là) et son frangin, le résurrectionné Lazare, décident d’aller se changer les idées, en se payant un petit séjour en Provence, parce que, franchement, y en a ras le bol de la caillasse de la Palestine !
Elle s’installe d’abord en Avignon, mais, vu le prix des locations, les économies risquent de pas faire long feu, alors elle prend ses cliques et ses claques et traîne ses coturnes jusqu’à Tarascon (en plus, elle vient de voire « le Pont de la Rivière Kway » et elle « phobise » sérieusement depuis). Le bled lui plaît bien, sauf qu’il y a un petit détail qui coince dans le paysage (une dizaine de mètres d’écailleux et turbo à la nitro tournant non stop, un « léger » détail, en effet !) Paraîtrait que la bestiasse se nomme « Tarasque » (Boulba de son nom de famille).





Un type au nom à coucher dehors avec un billet de logement, Jacques de Voragine, l’a soit-disant décrite dans « La légende dorée » : "Il y avait à cette époque [...] un dragon moitié animal-moitié poisson, plus épais qu'un boeuf, plus long qu'un cheval avec des dents semblables à des épées et grosses comme des cornes, qui était armé de chaque côté de deux boucliers."
(Bonjour la dégaine !)
D’abord qu’on m’explique : comment une bestiole tenant du merlu (et pas du squale), du bœuf et du cheval (terribles ça comme fauves) et armée de blindage (donc pour se protéger et pas attaquer) serait une menace pour quiconque ? D’accord y a les dents comme des cornes (si ça se trouve il la regardait dans le mauvais sens la Tarasque) mais c’est pas une raison ! Faut pas oublier qu’on est quand même dans le sud (j’voudrais pas dire, mais les gars du coin sont bien réputés pour enjoliver les choses, voire Tartarin !). Ce serait le fruit des amours du Léviathan (bien connu pour ses meubles) et d’une certaine mademoiselle Onachum, (à tes souhaits), native de la Galatie (pays du centre de l’Asie Mineure)




Dans l’imagerie « jean-claudienne » (judéo-chrétienne, si vous préférez), la Tarasque est plutôt représentée comme un truc à tête de lion, au dos couvert d'épines possédant six pattes avec des griffes et une queue de serpent. (ça me rappelle ces jeux où on assemble des bouts de bestioles diverses pour former un truc complètement délirant, des heures carrées, que j’ai passé à ça, tiens !)

Alors, soi-disant, la Tarasque sévissait autour de Tarascon. Barbotant dans  le Rhône, elle gênait les marins en les éclaboussant et en s’amusant à voire si les bateaux pouvaient naviguer la coque en l’air. Parfois, il faut bien se nourrir, elle sortait de la flotte pour aller faire un méchoui avec quelques moutons… bon d’accord il y avait bien quelques mômes et des bergers, mais qu’est-ce qu’ils allaient ficher au milieu de son garde-manger aussi !





Les tarasconais… neux… nois…niens… enfin les villageois,  chargèrent Marthe de faire le ménage (on envoie une étrangère deux solutions : elle y reste et ça fait une étrangère de moins, elle gagne et c’est là que les ennuis commencent, parce qu’elle va certainement demander une prime de risque en plus du prix de la course)


Alors là, c’est grand !  La sainte arrive devant le bestiau, en train de se dorer la pilule au soleil, après son repas, elle se plante sous son nez et fait un signe de croix, la bête est tellement baba de voire cette foldingue gesticuler devant elle, qu’elle se transforme en toutou à sa mémère sur le champs (au cas où l’autre allumée serait dangereuse, vaut mieux filer doux !) Vous comprenez mieux pourquoi ça marche dans les films de vampires ?
Une autre version de la légende est que c'est en l'aspergeant d'eau bénite qu'elle le maîtrisa (là aussi, ça marche contre les vampires).





Par contre la suite c’est quand même pas mal non plus ! Une fois la bête domptée, elle l’attache avec sa ceinture (déjà, ou elle était obèse, ou la taille du « dragon » était très, très exagérée) et la conduit comme si de rien n’était devant les villageois qui s’empressent de la bourrer de coups et de lui lancer des pavés jusqu’à ce qu’elle ressemble à une descente de lit..
Quel courage hein ? Un brave dragon, qui, en plus venait de s’acheter une conduite se fait trucider par une bande de mecs vachement héroïques, qui ont quand même attendu qu’une simple meuf leur pré mâche le boulot.





Tout ce que j’ai récupéré de la cousine lapidée, c’est un bout de cuir ! J’y fourgue mes piécettes quand je vais chercher le pain, pour vous dire qu’ils se sont acharnés !

Voilà la triste aventure de cousine Tarasque, c’est pas parce qu’on s’écrivait tous les trente six du mois que ça fait pas quelque chose de voire un membre de sa famille disparaître aussi bêtement !

Bonne journée et à bientôt

La dragonne

Publié dans Dragons et créatures

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ui 23/02/2010 21:32


c pourri et en plus c'est faux


01/03/2010 09:31


Pourri et (ou) faux, sais pas, je rapporte juste ce que j'ai trouvé sur la toile, si on n'apprécie pas... c'est un droit que je respecte, vu que je fais de même (vive
la liberté de penser, s'pas ?).


Alain 23/09/2006 21:56


Je ne sais pas ce qui m’a poussé jusqu’ici, un vent d’autan sans doute!! Mais bon, comme j’adore les contes…. et les tarasconnades !! je ne m’en plains pas ! Je vais donc résurrectionner ce fil lazarien ….ou lézardien ? (attention, ne prenez pas ces mots au pied de la … lettre, ils ne sont pas dans le dico encore !!)
La fin de ce conte me fait penser à celle du film « Au bon beurre », la version avec le beauf de Tonton, où de super-résistants de la 25 ème heure arrêtent un petit soldat germain tout gentil comme tout, effarouché comme une ….vierge, afin de se payer un sauf-conduit auprès des vrais résistants cette fois !
Sinon, j’ai noté que Madame Marie la Magdeleine est dans le « Da Vinci …..Claude » l’incontournable, sauf pour moi !! hé hé
Pour la ceinture, j’ai une explication !! si si, la sainte avait dû emprunter celle de ….Didon, faite d’une peau de bœuf découpée en lanière, (donc plusieurs tours autour des reins) et qui lui permit d’acquérir le terrain où elle allait bâtir ….Carthage !!
Bon, le principal c’est que tu n’as pas tout perdu, puisque tu as pu récupérer un porte-monnaie. Quand il sera usé, j’en connaîs une qui te fournira un autre en peau de …. Non non j’arrête, je ne me sens pas bien…. du tout là !! mdrrrr
Bon dimanche Dragonne et à bientôt !! si j’arrive à me remettre !!

lola 22/09/2006 17:11

je kiff ce truc tro fort lol

Sieglind 23/09/2006 13:26

Merci et bon week-end lola

francaiseenallemagne 30/11/2005 08:31

à mourir de rire ton article! je continue la visite!

Sieglind 30/11/2005 10:39

Meurs pas trop vite, si tu veux lire la suite! bonne journée.

clicclac 29/11/2005 23:58

c'est affreux ce qui lui arrive...et dire que en temps qu'héritière tu es sur terre pour expier ses fautes...Je comprend maintenant que tu fus réincarnée en dragonne...
FUUUUUUOOOOOOT
Bises

Sieglind 30/11/2005 10:38

L'honneur de la famille est entre mes pattounes griffues! hé, hé! Bises clicclac