Je vous la joue "interlude musical", histoire de patienter

Publié le

Bonjour !

Bon, pour montrer que je ne fais pas que jouer les endives au gratin sur mon canapé, un "petit" exemple de ce que je suis en train de faire...

En gros, je tâche d'illustrer mes anciens articles sur les opéras par mes trouvailles audio à droite et à gauche (essentiellement Youtube d'ailleurs, pas cherché autre part, mais ça doit fourmiller aussi, si ça vous chante de "prospecter" aussi...). Vu le boulot qui m'attend, j'ai l'impression que mes trois heures à fouiner n'ont pas fait avancer beaucoup mes "coloriages vocaux" des oeuvres abordées ici, m'enfin, j'ai déjà une bonne liste à fourguer à l'endroit adéquat, "y plus qu'à"... comme on dit, ça se fera au fur et à mesure, chi va piano, va sano et lontano comme on dit

Ce matin mes neuronnes gazouillaient, (les piafs, pas vu l'ombre d'une rémige, ils se pelaient de froid certainement, z'ont pas de couettes triple épaisseur eux !) et j'ai commencé en fanfare, c'est le cas de le dire, en me passant le prélude du Vaisseau Fantome.(rassurez-vous, la suite était prévue à l'écoute mais ma troupe a préféré décaniller vite-fait, avant que les hostilités décibeliennes ne commencent !).
Et là, illumination sinon divine du moins neuronale,  si on parlait (ou chantait, vu les extraits, plus logique) des tonitruances wagnériennes ?  Mais évidemment, comme j'aime bien partir à contre-sens de la foule se ruant dans les allées un jour de soldes monstres, je prends donc le contre-pied et préfère parler justement des non-tonitruances teutones.

Ben vi, on goualle Wagner (susurrer, ça le fait pas) et aussitôt, Brünnhilde et ses huit frangines se pointent au triple galop, histoire de nous ficher des Yo-to-hoooo de vierges ébouriffées en pleine goule (tu parles de vierges teutones tiens ! Le premier qui avance la pogne pour tâter le bestiau a plus de chance de se retrouver manchot,  ou pire , que de voir la gamine "rire-en-cascader" à la bimbo en lui lançant des œillades invitant à la bagatelle !).

Y en a franchement marre de classer Richie dans les sonneries de lever de chambrée façon caserne et cette fameuse chevauchée walkyrienne, raz la cafetière aussi ! Si c'est pas réducteur, qu'est-ce que c'est ma brave dame ?!
Du coup, emportée par ma fougue Brünnhildienne, je fouine comme une agitée du bocal en monologuant  (vu le regard de fiston avant son départ au boulot, je n'y voyais que son doute sur ma santé mentale, aucune lueur d'amour filial, sniff !) et je vous sors du haut de forme non pas un lapin-crétin mais des petits morceaux tout en douceur, histoire de ficher au panier les idées reçues sur un Wagner nous assommant à coups de trompettes et de percussions avant de nous finir en causant de la main gauche, histoire qu'on ne s'en remette pas.

Donc, voici mes petites trouvailles, et le premier qui y perçoit un soupçon d'esprit conquérant et belliqueux... j'ai de bonnes adresses autant en Oho-rhino qu'en trifouilleur de boyaux de la tête...

Bonne écoute et je file continuer à chercher... soit vous aurez de mes nouvelles dans les anciens synopsis massacrés par moi, soit un article totalement différent, ce sera selon l'humeur et l'imagination du moment, à cerner...

Bonne journée et bonne écoute surtout... A bientôt

La dragonne

PS: si vous avez la curiosité d'y aller sur Youtube, vous pourrez vous-même vous rendre compte qu'il ne fait pas que tonitruer notre Richie Wagner (Berlioz a été taxé de ça aussi, tout faux quand on connaît les Nuits d'Eté, les fausses idées on la dent dure !


Un monologue de Hans Sachs des Maîtres chanteurs (Bryn terfel), le brave type qui se "sacrifie" pour laisser la place au jeune blanc-bec qui se la pète un peu trop d'ailleurs dans cet opéra je trouve. Làç, il est en train de mettre à plat ce qui pourrait lui arriver s'il se laissait aller à ses penchants  naturels envers  la gamine, mais la raison reprend le dessus

Encore les Maîtres Chanteurs, un quintet excellent, (visez la baffe qu'il se prend l'apprenti) et une fin superbe je trouve, éthérée et tout et tout...

Elsa dans Lohengrin (quand elle va prendre l'air  au sens propre et figuré,, et se faire entourlouper par Ortrud, on leur a coupé le sifflet, dommage, toute la scène est sympa, mais dure un peu... beaucoup.

Le "es gibt ein Glück" dans Lohengrin, où comment une Ortrud, roule dans la farine une oie blanche qui flotte sur son nuage.

Tannhauser et un des protagonistes chantant les étoiles...

Prière dans Rienzi désolée le son "chuinte" dommage... Encore un héros malheureux

Traüme un des Wesendonk lieder (je l'aime bien par Varady, mais pas trouvé, désolée)

Air du Hollandais (Bryn Terfel) dans le Vaisseau Fantôme. Bon, d'accord, il s'énerve un peu sur la fin, mais si vous aviez une vengeance divine au c. valseur, ça aurait ausi le don de vous ficher aussi les boules non ?

Adieux de Wotan (Hans Hotter juste un audio), dans la Walkyrie ; Hotter est un de mes chanteurs préférés, disparu, hélas (un pur bijou vocal dans les lieder de Schubert d'ailleurs). Un pôpa dieu borgne qui doit "endormir" sa fille parce qu'elle a pas été sage... ça donne ça... Il en a gros sur la patate, mais le boulot, c'est le boulot.

Liebestod du Tristan und Isolde  (Waltraut Meier, je l'adore en Ortrud de Lohengrin, si elle n'a pas la "grâce" elle... qui est-ce qui l'a ?!) J'ai vu une mise en scène où Isolde ne mourrait pas, mais montait en lévitation pour disparaître dans les cintres au fur et à mesure de la "montée" de la musique, splendide !


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

:0091: Lili-Flore :0010: 19/12/2007 22:57

toujours en train de tenter de ratraper mon retard, les travaux ne sont pas fini et se greffe dessus notre fils qui vient d'acheter un appartement et qui compte sur papa pour amménager ses travaux.Bonne fin de soiréebisous chauds pour compenser la froidure du dehors

20/12/2007 07:26

Vous allez pouvoir vous lancer dans la profession si ça continue hé, hé... Bises Lili et bon courage ! (j'espère que les dragonets auront la bonne idée de prendre un appart... où il n'y ait rien à faire, je connais nos limites en bidouillages "maçonesques" !)

@line & jean-luc 19/12/2007 22:18

Bonne fêtes de fin d'année... nous fuyons le froid pour un peu plus chaud! Bises et à 2008, Dragonne!

20/12/2007 07:24

Décidemment, j'suis encore à l'Ouest ce matin... J'avais lu "froid un peu plus chaud"... mais bien suuuuur ! Pfff ! Vous avez bien raison, ça nous tentait mais on n'a pas trop de temps... on bouge tout de même, mais vers la Capitale.... Bises et bonnes fêtes vous-deux

Cleo 19/12/2007 17:53

pas passé mon com?

20/12/2007 07:22

Meuh si... ça a dû cafouiller hier encore... Ils ont refait encore une couche de papier peint, ce matin en venant sur OB, j'ai trouvé tout chamboulé... (ou alors, je ne fais pas gaffe et comme j'ai la flemme en ce moment, je perds la mémoire hé, hé)Bises Cléo

Cleo 19/12/2007 17:51

Coucou!Je rebondis ici sur ton com parce qu'il faut lolNon seulement je sais, mais il faut préciser le plus marrant : Phonétiquement sarkozy veut dire dans la merdeszar" en hongrois c'est merde et ça se prononce sarPar contre effectivement phonétiquement ça se prononce char koz y qui signifie littéralement "lieu entouré de boue"Voilà voilàCeci dit, au second tour, ayant le choix entre 2 suicides, je ne suis pas allée me salir les mains lolGros bisous dragonne et joyeux noël!!!!!!!

20/12/2007 07:20

Bien ton cours d"éthymologie (surtout que j'avais dit tchèque et pas hongrois, tu vois, mal enregistré l'info de fiston hé, hé)Entre nous, je crois que je ne suis jamais allées aussi "à reculons" à des élections... faut le faire quand on se dit citoyenne responsable !!! Bises ma belle

honorius 19/12/2007 16:02

Bonne fin de semaine et joyeuse fêtes. Gros bisous du vieux sorcier

20/12/2007 07:17

Comme ça se fait de se manifester, j'ai tout de même à dire coucou à tous les potes... pfff, faut que je me bouge, après mo absence, ça sera plus dur ! Bises vieux sorcier et bonnes fêtes aussi