Bonne année à tous

Publié le

Bonjour !

Enfin de mes nouvelles, au cas où vous penseriez que j'entame l'année par un mutisme feignassatoire de six mois. Je vous rassure, le "feignassatoire" sera annuel mais le mutisme... m'étonnerait que j'y arrive un jour, même côté clavier, la bestiole est branchée depuis trop longtemps sur le secteur, la touche on/off a fondu. Il y en a qui ont essayé cette fonction, même en coupant le circuit, je m'auto-alimente, comme les ordi. dingues dans les films de séries Zprime de SF, avec une variante, je trucide l'intégralité d'un commando de spationautes mercenaires parti faire le ménage sur la planète Acarina V en les estourbissant de blagasseries (c'est propre, je ne leur éclate pas le bide pour en ficher partout, je ne les  lasérise pas en tranches bien saignantes, j'évite même de leur dévisser la tête, la leur prendre est plus jouissif à mes instincts les plus sadiques)
Donc, rassurez-vous, je vous la prendrais encore un bout de temps... la tête (je précise pour les esprits bas-de-ceinturesques, on ne sait jamais...) mais j'étais légèrement occupée depuis mon retour Entre un essai de rattrapage pas gagné d'avance chez vous et des tâches gesticulo-ménageatoires, je n'ai pas eu le temps de chômer depuis mon retour. Comme d'habitude, que ça soit chez vous ou dans mon antre, les résultats ne sont pas probants, je dirais même que j'ai franchement l'impression de m'être soulagée dans un Stradivarius, pfff ! M'enfin, on va dire que j'ai essayé de passer chez tout le monde et que j'ai translaté des trucs d'un endroit à un autre dans les pièces de mon repaire, balader la poussière c'est une occupation aussi non ?

Comme les potes se sont manifestés dès qu'ils m'ont vu re-pointer mon groin, en me souhaitant la bonne année, je me vois mal ne pas faire de même, mais ici, "groupieren", et les présenter également  à tous ceux que j'aurai oubliés dans ma fièvre de lecture de rattrapage (ainsi qu'à ceux qui me lisent, mais sans pour autant laisser de commentaires). Et n'étant pas adepte du copier-coller, je me vois mal répondre à tous ces commentaires par un "merci, de même" en rafale façon kalachnikov enrayée, pas trop mon style.

Donc, à toute la  bande:

Soyeuse ânée, pour les amoureux de la famille des équidés (ceux du Poitou, je les aime, ils ont le même coiffeur que moi, c'est pour ça) et joyeuse, fructueuse, lumineuse, chaleureuse, langoureuse, amoureuse année pour tout le  monde ! Chaque individu étant unique, ses aspirations lui sont propres donc, à chacun d'y puiser selon ses désirs et vous avez 365,2425 jours en moyenne  pour ça (j'adore la virgule du calendrier grégorien !).

Un gros poutou virtuel aux potes pour ponctuer mes propos, ça se fait aussi non ?*

Pour ceux qui se demandaient si j'avais apprécié comme il se doit ces deux évènements de fin d'année, soyez sans crainte, ce fut festif ! Et même côté kilométrage !

undefined

Un Noël avec mes frangins jumeaux, ça faisait un bail que je ne l'avais refait.Un réveillon à Paris chez l'un,  improvisé côté menu (comme je les aime, à peine trois heures avant,en se ravitaillant juste avant la fermeture des alimentations) avec le lendemain un coup de fil inquiet de quelqu'un qui connaît nos dons culinaires familiaux  et se demandait  si on n'avait pas bouffé nos poings, faute de mieux (rassure-toi L., si tu me lis, on n'a pas fichu le feu à l'appart avec les noix de Saint Jacques comme combustible)
Et un repas du jour de Noël, après un trajet "aux horreurs"** de Paris en Normandie, pour retrouver mon second frangin dans sa gentilhommière (très mimi, même en plein travaux d'agrandissement) où là, 'on' avait prévu le coup et quelqu'un de qualifié (et de qualité) avait concocté le repas (miam, les amuse-ballots au saumon, re-miam la dinde à l'anglaise, re-re-miam le p'tit truc de Lenôtre au chocolat ! Merci M. si tu me lis aussi !)
Départ le lendemain pour un touch-and-go à la ville rose avant de repartir coudes au corps*** pour les Pyrénées. Séjour sympa, balades  dans la ville, lever sans heures, toilette... pareil (les mouches à cette saison, se font moins présentes de toute façon),  bouffe... pareil (sauf pour le réveillon bien sur). Le maître mot a été que pour ce passage à la nouvelle année, on zappait les  montres, ça a tellement fonctionné qu'on avait près de cinq minutes de retard pour se faire la  bise.

Et là... je dois vous avouer un truc.... Je sais, ça la fiche plutôt mal pour une dragonne abstinente**** côté boissons alcoolisées... J'ai pris une murge !!!
Mais une gentille murge... pas violente, pas méchante pour deux ronds, la crème des murges quoi. Faut dire qu'un ti-ponch en apéro (avec remplissage dès que le verre était vide, ça pique derrière les yeux, même si ça se boit comme du petit-lait) un repas tout au truc jaune à bulles (j'ai aussi tenté le comptage* de celles-ci, mais il  n'y avait ni pouf  piriforme, ni plaid, pas la même chose), même si sur la  durée ça avait l'air de faire la farce... mon organisme sevré avait du mal à faire le point. Pour vous dire, j'étais tellement... zen, que miro comme je suis, j'avais décidé que je voyais mieux sans mes carreaux (mais bien suuuur) et ai fini en chaussettes à vaches ***** (les pantalons dans les bottes, c'est sympa, mais ça... "marine" surtout devant un âtre bien ardent) en train de m'exprimer chorégraphiquement (et surtout anarchiquement) sur du Nina Hagen hormonalement  énervée et une version de Sex-bomb à faire pâlir d'envie un crooner fondant à souhait  (oublié de demander quelle version, j'avais rien pour noter de toute façon, et le décryptage le lendemain  aurait certainement valu celui de la pierre de Rosette, vu mes gestes peu synchronisés sur le moment) J'ai fait sauté à la dynamite mon "urban legend"**** personnelle en me réveillant comme une fleur le lendemain... d'accord, une fleur se tapant un mal au pistil carabiné  (les abeilles vrombissaient pas mal autour de mes pétales-tifs) mais ça n'a pas duré et surtout, je n'ai pas fait une fixette dessus comme à mon habitude


Donc, une fois le calme revenu, tout comme  la  tribu dans son antre, il fallait tout de même une remise à niveau et en état du capital physique et mental ainsi que la fameuse tournée de linge sale rapporté (pfff ! vive les fringues recyclables tiens !), celle de la danse du balai locale (autour des meubles en évitant les dessous de tapis comme stockage de poussière, si c'est possible), la décision de savoir où on allait loger tous les cadeaux sans que tout s'écroule sur les étagères... surtout celui-ci (je vais éviter de les pourrir en les portant, sont trop beaux mes dragonets de petons !!)

undefined
enfin tout ce qui fait des lendemains de fêtes dignes de ce nom.

Donc, pour l'instant, je vais tâcher de finir  mes lectures, ranger le linge  sec, virer ce qui m'encombre et que j'avais décidé à la nouvelle année de virer de la  cahute (tiens... ça, ça fait trois ans que c'est en instance de départ à la poubelle... y a du mou dans la  corde à noeuds question liste de choses urgentes à faire...) enfin, vous voyez que c'est à l'insu de mon plein grè si je suis "légèrement" absente en ce moment... mais ne vous bilez pas... ça ne va pas durer (je croise les doigts !) et je  donnerais bientôt de mes nouvelles, lyriques ou autres.

A plus, et encore mes meilleurs voeux à tout le monde... Je file !

La dragonne

*Marrant d'ailleurs, ça me rappelle un pote, une année, qui avait installé des bouquets de gui sous tous les chambranles de portes de son appartement, à seule fin  de choper toute musaraigne qui passait dessous pour un lèche-pomme traditionnel. J'suis myope, mais je l'avais vu venir le coco et faire partie de sa liste à la Leporello (Don Giovanni, si vous vous souvenez) c'était pas dans mes aspirations. Je me suis vautrée sur un.... machin vaguement piriforme (informe donc) et mou comme un flan pas pris, une coupette à la pogne, pas trop loin du "point d'eau" et ai campé sur mes positions en prenant l'excuse de voir combien je pouvais compter de bulles sans voir double (j'y ai passé la nuit, une âme charitable m'ayant apporté un bout de plaid pour que je cuve-dorme au chaud).

** Vi, c'est bien le mot, l'aurore aux doigts rosis avait fait place à une virago qui nous a secoué aux prunilles pour qu'on se bouge avant la Pâque Russe

*** Vu qu'on était chargés, c'est vraiment l'expression à employer ! Devant, ça pouvait encore aller, même si avec ma manie de garder les choses que je pense importantes avec moi, j'avais des poches qui me calaient les quilles dans une position si peu pratique que j'aurai dû les ficher sur le tableau de bord (les quilles) façon touriste  dans un safari-photo. Derrière, fiston câlinait  son ordi (le vrai, pas le portable, vu qu'il s'était auto-proclamé DJ pour les festivités) et dans le coffre les baluchons s'entassaient (sortie ski de prévue en plus) jusqu'à bomber le capot. On se tenait donc chaud, je vous garantie !

**** Il faut dire que ça fait au moins deux décennies que je ne buvais plus aucune goutte d'alcool, ni de vin quelconque ; pas une abstinence religieuse ou philosophique, juste que j'avais le bide retourné comme un gant de toilette le lendemain de mes libations et que les trolls me cognaient à l'intérieur du crâne toute la journée, sans compter  que ça avait la fâcheuse tendance de m'empêcher de bouloter normalement pendant au moins trois jours après (vu mon gabarit imposant, valait mieux éviter que je perde un os, s'pas ?) Mais tout ça c'était dans ma tête... j'avais associé vinouze et bibine quelconque à "malade à rendre tripes et boyaux", donc je psycho-somatisais comme dirait fistonne et n'étais malade qu'aux repas de fin d'année (si c'est pas dans  la  tête... où k'c'est-y ma brave dame ?!)

***** Vi, j'ai des chaussettes à vaches, ça vous défrise ? la preuve !

undefined

Publié dans Post-its sur le frigo

Commenter cet article

V�ro 20/01/2008 15:43

ben nous c'est le contraire : on boit toute l'année, mais pas au réveillon. Véro

21/01/2008 08:43

Tiens donc.... on prend le contre-coup de la tendance habituelle ? Pas bête... et au moins, on est lucide pour se rappeler ce moment-là... Bises vous-deux.

orchis-mauve 10/01/2008 14:36

Pour une année en pantoufles ludiques et chaussettes à rayures.... en gaîté donc.Bises ma DragonneO.

11/01/2008 07:15

Que du bon pour une feignasse quoi hé, hé. Bises Orchis-mauve

Christine... 10/01/2008 14:22

Coucou ma Dragonne !!Il se passe des choses bizarres chez  toi aujourd'hui ... vraiment bizarres !! Mais que suis-je bête, tout ce la ne devrait pas m'étonner, je suis chez toi   ;-) !!Dabord, plus de "papier peint" ... et des modules sans dessus-dessous ... mais ça ne nuit pas à la lecture !!Alors ... lorsque je veux mettre un commentaire ... "tadaaaaaaaaaa ... le papier peint revient (ça fait du bien ... je me sens plus chez toi). Mais c'est la fenêtre des commentaires qui ne veut plus s'ouvrir !!  Grrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr ... !!Je clique, par-ci par-là ... je reviens ... et là ... tout bien !!Alors enfin, je peux te dire .... "Jolie Dragonne ... continue de me prendre la tête ... toute l'année ... tous les jours et même après la virgule ... j'adore ça !!Je te souhaite aussi une très bonne année, juste bonne comme tu l'aimes !! Et en prime ... des bisous plein plein plein !!!

11/01/2008 07:14

Je ne sais pas ce qu'il y avait, je ne suis plus retournée chez moi de la journée Donc, tu es d'accord pour être "saoulée" encore un peu par mon verbiage ?  "Casse-là Etienne", tu sera saoulée hé, hé.Bises ma belle

0001::0002::0009::0010::0037::0038::0075::0076::0110::0091: 10/01/2008 08:05

helle me revoilà....donc cela fonctionne ok....c'est bien ...

10/01/2008 11:07

Vi, te biles pas pour ça ma grande, j'ai toujours un com ou deux de ma Simone préférée pour aller chez elle directo hé, hé

0001::0002::0009::0010::0037::0038::0075::0076::0110::0091: 10/01/2008 08:01

on a tout essayé....: trois clics j'espère  qu' au moins un fonctionnera.....@ + bonne journée

10/01/2008 11:07

Comme répondu, tes bidouilles fonctionnent (croisons les doigts pour que ça dure !) Re-Bises