LA TOSCA - Tosca se rebiffe

Publié le par Sieglind

Bonjour à vous!

Chaud hier, pour le valseur du peintre Cavaradossi? Et, comme déjà envisagé, ça m'étonnerait fortement qu'il finisse au Louvre le type. Enfin, on va bien voir comment sa copine Floria, va s'en sortir maintenant qu'elle a lâché le morceau. On y retourne donc à cette...

TOSCA – Acte II (suite)


Même lieu, la chambrette du grand méchant de service: Scarpia.

Scarpia vient de faire déballer à Tosca l'endroit où se planque Angelotti, l'évadé de Saint-Ange. Elle demande à voir son copain. On lui amène, un peu en vrac et légèrement, très légèrement à l'Ouest:
« Poussin! Comment qu'ils t'ont arrangé le portrait!
- J'ai comme un blanc... j'ai rien dit hein? - (Scarpia lance « l'adresse » à ses sbires) – vendue à Moscou! J'te cause plus! »

Sciarrone, se précipite dans la pièce en signalant que pour la fête c'est fini! Il parle de tondu sans bretelles, de problème de réception, et d'un certain veau... pas facile à suivre le coco (Marengo, le veau il semblerait) Tout ce qui ressort de son discours nébuleux (on va dire ça comme ça hein?) c'est que c'est le tondu qui a gagné par abandon (Mélas, le « foudre de guerre » s'est carapaté comme un foie jaune)*
«  Et toc, dans l'baba! Ça t'la coupe hein celle-là! - lance Cava, tu trembles dans ton kangourou, sale trouillard?
- Ta g...oule! Tu vas pas t'égosiller longtemps le piaf! Demain, j't'offre un tour de balançoire gratos! Qu'on me le vire d'ici, j'ai mes nerfs!"

On emmène Cava avec Tosca agrippée à lui, traînassant dans la poussière sur plusieurs mètres.
"- Allez, un beau geste... le pendouille pas! - supplie la diva, position pleureuse
- Je me tâte... 'tends voir, je n'peux pas réflexionner la bidounette vide... allez pose ton valseur, t'as eu de sacrées émotions hein? Tiens, siffle-moi ce godet, ça va te faire du bien. (il veut la saouler ou quoi?)
- Allez déballe la somme!
- Quoi? Mais t'as rien pigé ma belette! D'ac, je crache pas sur l'oseille, mais là... c'est plutôt en... nature que j'aimerai être payé! Tu sais qu'tu m'plaîs toi?
- Arrête où je saute! - dit-elle en ouvrant la fenêtre -
- Chiche! Et comment il s'en sort alors le peinturlureux? Mmm? En claquant trois fois des talons comme la Dorothée?
- Tu m'donnes envie de gerber!
- M'en fous tant que c'est pas sur mes pompes! Dis... t'entends la caisse claire? C'est pour donner la cadence à la dernière valse des mecs qui vont se balancer... Ton mec, dans une heure il sèchera comme jambon au bout de sa corde!
- Mais qu'est-ce que j'ai fait au bon Dieu moi!
- Allez... du nerf, on se presse... Bon, c'est jour de promo! Je t'accorde sa grâce si tu m'accordes une « audience » (hé, hé), d'une heure! »


Spoletta (le sbire en chef) pointe son nez pour annoncer qu'Angelotti, s'est fichu en l'air quand il l'est a vu arriver.
« On n'a qu'à l'accrocher tout de même ça fera de la compagnie à « l'autre »!
- Je craque! C'est bon, une heure! - lance Tosca au bout du rouleau
- Bon tu sais ce qu'on va faire Spo? Comme la dernière fois... (clin d'oeil appuyé) mais siiiii, avec Palmieri... ça te revient? Un grand moment de mime ça hein? Mmmm? On change de sentence, il sera fusillé... à blanc hé, hé!

L'autre à l'air de piger (il a de la chance lui!) et sort.
« Je veux lui dire moi-même qu'il est sauvé! Et qu'il aura juste à faire semblant de tomber quand on tirera - lance Tosca au chef de la flicaille
- Si ça peut te faire plaisir... Bon maintenant, étant donné que j'ai fais ma part du contrat...
- Minute papillon! Pas folle! Il me faut un laisser-passer pour nous deux
- Pas de problème – il s'installe à son bureau – et pour où?
- Le Groenland si tu veux, pourvu qu'on ne voit plus ta sale trogne! »

Pendant que Scarpia est en train de rédiger le sauf-conduit, elle va pour se rincer la glotte (pour se donner du courage, sans doute) quand elle aperçoit le canif du type posé à côté du verre. Et zoup! Avec la dextérité de Majax, elle chope le coutelas et le planque dans son dos (pas planté, ça serait très maladroit de sa part... quoique... là aussi, j'imagine la fille tellement pressée de planquer l'objet, qu'elle se suicide involontairement d'une rafale de coups de couteau dans le dos, mais ça ne serait plus crédible « le Retour de la vengeance de la morte-vivante Tosca »)

« Bon c'est fait! - jubile Scarpia, maintenant ma récompense!
- Tiens! Digère! - lui balance Tosca en l'épinglant – tu fais moins le malin maintenant avec un trou à la panse?On se la pète moins tout d'un coup,hein la « terreur romaine « ?

L'autre a un dernier soubressaut et rend son âme à Berzebuth. Tosca fait un brin de toilettes (ça tâche le raisiné), se file un coup de peigne... regarde le coco affalé comme un merlan à l'étal, et, comme c'est une bonne chrétienne, elle lui file deux bougies à la tête et un crucifix trouvé au mur sur le bide (là aussi, ça serait rigolo une croix grandeur nature avec le « ouf! » du mec quand une tonne de bois lui attérrit sur le paletot). Après ces gestes de bonne fifille, elle récupère le laisser-passer dans la main du type et sort sur la pointe de pieds (pas de crainte de le réveiller c'est sur!)


Fin du deuxième acte... et que va-t-il arriver, une fois le chef de la police trucidouillé? On verra plus tard d'accord? Pour l'instant, je vous souhaite de passer une bonne journée et à bientôt.

La dragonne

* Pour ceux qui auraient un doute certain au sujet du compte-rendu du sbire de Scarpia il parle de la victoire de Lampe-au-néon (Napoléon) Pelle-à-tarte (Bonaparte) et de sa victoire à Marengo évidemment.

Publié dans Puccini

Commenter cet article

Manuel 02/02/2009 17:59

Je viens de découvrir ton blog! Bien sympa!!! Je voudrais te demander, est-ce que je peux utiliser l'image des minous Tosca et Scarpia pour mon blog? Tu l'as trouvée où cette image?
Bonne continuation, et au plaisir de te lire!
Manuel

07/02/2009 11:03


oups ! le temps que j'ai mis à répondre,... Tu peux utiliser les clichés, vu que je les ai déjà trouvés ailleurs... Il y a toute une série sur les chats en opéra
d'ailleurs, il faudrait que je me souvienne du line, pas gagné.
Bonne continuation Manuel


sugi 22/01/2006 11:39

coucou!^^Un truc me tracasse...je suis presque sur (j'ai un doute quand même) d'avoir mis un com hier soir...et la je le vois pas...mais j'ai peut-être rêvé? sighhhh, ca serait terrible, la folie me guête!!!!!!!Et puis je m'apperçois que les com sur ton dernier article (celui-ci donc) s'arrete à la date du 19....hors on est le 22.....3 jours sans com..;c'est pas possible ca hein? En tous cas c'est curieux!!!!Je te fais tous pleins de bisousPeut-être à tantot sur msn ^_~sugi la fourmiz

Sieglind 22/01/2006 16:25

Encore un problème sur OB certainement.... hé, hé. Te bile pas le sang ma fourmi... et des petites absences, ce n'est pas la camisole tout de même (mais je te rassure, je penche plutôt pour une censure sauvage d'OB hé, hé)Bises ma puce;

isis 19/01/2006 07:47

semaine d'enfer ... je vois plus le jour !! boulot, boulot , boulot !!! c'est un vrai méchant ton Scarpia !! enfin , c'était !! bonne journée Dragonne !!

Sieglind 19/01/2006 11:40

Courage pour la semaine Isis et gros bisou, ça va se calmer;..

Briesing 19/01/2006 00:07

Coucou, bonsoir !Et m----, je n'ai pas le temps de lire ce soir... trop tard, crevée...Merci pour ta visite,Bises

Sieglind 19/01/2006 07:43

Décidemment... Les blogueurs ont l'air surchargé d'activités ces derniers temps hé, hé!Je te souhaite une bonne journée (plus calme?) et bises Briesing

LARCHANGE 18/01/2006 23:59

Je ne t'oublie ma dragonne. Tes comms chez moi sont toujours lu !
Je ne prends pas le temps de lire chez toi en ce moment et ca m'emmerde franchement.
Ma vie est trop remplie en ce moment.
Je t'embrasse.
@+

Sieglind 19/01/2006 07:42

Pas de problème larchange... il y a des moments où on est plus occupé que d'autre.gros bisous larchange et un peu plus de calme dans ton emploi du temps hein?