Nos virées parisiennes, suite

Publié le

Bonjour !

Allez, n'allez pas croire que je flemmarde plus que d'habitude. Est-ce d'ailleurs faisable humainement parlant ? Le seul état apparenté à ma zénitude psychomotrice étant celui de l'endive pré-gratinée, je crains qu'on ne m'appelle désormais, la légumineuse dragonne et pas "lumineuse", lisez correctement ! Oh combien douloureuse est une toute petite modification dans l'orthographe d'un mot ou comment passer du statut d'idole (et non statue d'idole... quoi que là aussi...) à celui de mollusque mono-neuronalement équipé (l'éternelle image du lombric champêtre se prenant pour un boa constrictor  amazonien, pathétique !)

La cause de tout ce méli-mélo retardataire en est une rébellion, que dis-je une mutinerie, de tout mon environnement "ménagesque". Je suis encore victime de la fameuse loi des vases communicants. Ce que je range d'un côté, réapparait miraculeusement (ou démoniaquement) à un autre endroit de mon antre. J'envisage de faire un exemple en entassant les rebelles et en y fichant le feu, mais ne sais si les membres de ma tribu apprécieront à leur juste valeur mon jugement à la  Amaury (allez cramer du linge mouillé et des assiettes, ça doit être sportif !)

Comme promis, une autre lichette de notre balade parisienne, avant d'entamer la narration de notre prochain opéra (je sais, les Carmélites pianotent impatiemment sur l'accoudoir de leur prie-dieu mais un peu plus ou un peu moins...) et ce sera "relativement" court, pas en faire un tombereau, même si je suis capable d'écrire trois pages pour dire "bonjour, temps de bouse, vivement le soleil !" (Théophile Gautier et sa Momie n'ont qu'à bien se tenir quant aux longueurs de mes descriptions)

Donc, une fois terminée la visite au Musée d'Orsay, il fallait combler le reste de ce weekend pascal au mieux, étant donné que, même si j'étais en touriste pour une semaine chez le frangin, mon dragon lui, se devait à ses obligations professionnelles dès le mardi, plus dur pour faire du "culturel" ou du "kilométrique" parisien vous l'admettrez.

Le matin, "aux horreurs"*, on se réveille tous pour mettre au point l'emploi du temps de la journée. Décision vite prise : on va marcher ! On se pèle, les monuments sont fermés en ce lundi de Pâques, surtout ne pas paumer des calories, ça serait ballot ! Direction les Buttes Chaumont et le Père Lachaise , si on a du temps (on l'a eu, même à pinces, vous dire qu'on a bien tricoté des ripatons)



Pour les Buttes, c'était sinon un retour aux sources (n'étant pas du patelin, ça serait illogique, à moins d'envisager la métempsychose) du moins un désir de ma part de revoir un truc visité avec les marmots, quand ils en étaient encore, vous dire que ça date là aussi :!
Petit espace de verdure ménagé au creux de la cité - pas le seul, encore heureux ! - et prisé par les promeneurs, sportifs pédestres et chiens-chiens "mémérisés" de tous poils (surtout en ce qui concerne ces derniers).
Balade tonique au demeurant, vu la température, le coude-au-corps était presque envisageable, même si la tenue laissait à désirer quant à l'allure sportive de bon aloi (dragon a même bigrement regretté de ne pas avoir emporté sa tenue de "combat", on avait prévu léger côté bagages, plus facile pour l'avion).

Un endroit au charme étonnant, quand on sait que rien n'est "naturel" dans ce "parc urbain", que ça soit la grotte "encascadée", le petit temple apollinien, surplombant l'étang "spéculaire", tout est pour de faux et conçu pour les bourgeois de la belle époque, celle du Baron Haussman (même si à l'origine, c'était le rendez-vous des coupes-jarrets et trousse-goussets du secteur, ne pas oublier que ce sont d'anciennes carrières de gypse, donc pleines de coins et recoins où se planquer en attendant le pigeon.)
On y a même croisé un dieu Pan pas piqué des hannetons (de loin, j'ai cru reconnaître des pieds de bouc, il a fallut s'approcher pour confirmer qu'on n'avait pas tout oublié de notre mythologie "gréco-romanesque"**. Une promenade sympa, entre deux averses (temps de bouse, mais c'était général en Exagonie, on allait pas la ramener avec ça cent sept piges !). Un petit bol d'oxygène après être restés calfeutrés entre les murs historiques du Louvre, ça fait du bien aussi, il ne faut pas bouder son plaisir.

On repart, le temps, pour une fois marchait au ralenti et je me voyais mal retourner à l'appartement du frangin pour finir ventousée devant la PS2 ou en train de maltraiter frénétiquement sa zapette en quête d'images qui bougent pour meubler jusqu'au coucher ! Direction donc le Père Lachaise !       
Là, mais l'ambiance du  lieu doit s'y prêter, aucun problème pour se repérer, les souvenirs étaient intacts (pas comme les bras des personnages du monument aux morts à l'entrée, le syndrome de la Vénus de Milo a encore frappé ?)



On déambule sans but, la meilleure manière de tomber sur ce qu'on tente vainement de trouver sur le plan, et tout est motif à conjectures et suppositions, en ce qui concerne les "locataires" (mégalomaniaques pour certains, au jugé des proportions inhumaines de leur dernière demeure). Et les noms !!! Ah les noms de famille !!! Rien ne vaut l'image dans ce cas.




Vous dire que cette visite s'est faite dans le recueillement et la mesure...  on a tenté de rester "sobres" mais comment voulez-vous afficher un calme marmoréen (le lieu s'y prête pourtant) lorsqu'on tombe (le lieu s'y prête aussi) sur de tels noms apposés au fronton des chapelles et sur les stèles environnantes ?!
De plus, étant déjà "ad patres", le ridicule ne risque plus de les tuer ces braves gens. Et si même le sourire est au programme, nous n'en restons pas moins respectueux du lieu, on ne "bourle" que les pseudonymes, pas leurs propriétaires et gardons tout de même nos commentaires pour notre cercle familial.

Au détour d'une allée, frangin me signale la tombe du l'inventeur du téléphone.... moui.. j'ai souvenir d'un certains G. Bells -  m'étonnerait fort qu'il se trouve ici - je bifurque vers le lieu désigné, pour lire... Famille Allo (!!!). A un moment donné, je me paume dans la contemplation d'un monument quelque peut "zarbi" pour entendre "glousser" doucement à deux encablures de moi. Dragon vient de citer un nom composé (totalement inventé par lui, évidemment), les environs foisonnent de familles "reconstituées" de ce type (la plus célèbre en littérature : les Rougon-Macquart pour vous donner un exemple "livresque") :
Famille Cali et Fourchon
.... Comme dit plus haut, comment voulez-vous rester calme ?! On n'est point de nature à fournir matière première à la statuaire que diantre !

Petite déception cependant, je n'ai pas pu aborder la fameuse tombe d'Eloïse et d'Abelard, toute bâchée de plastoc "ravalement-de-façadesque" comme elle était  


Point n'est besoin de s'étendre sur cette balade, les images et les adresses sauront vous combler si vous êtes en manque de détails architecturaux, historiques ou purement "paysagesques", mais tout comme la fois précédente, le charme du lieu a encore agi. On se balade dans une cité, au milieu d'une autre, l'une réservée aux disparus, l'autre aux vivants, c'est tout. Rien ressenti de morbide ou de funèbre, peut-être parce que par instant, la  nature reprend vraiment ses droits face à la main du marbrier, un arbre gigantesque émergeant d'une tombe, quel meilleur symbole de.. "vie" ?

Et pour conclure, il est évident que je suis "tombée" (désolée, le terme était fort à propos pour un tel lieu) sur des noms qui m'ont bien parlé (pour ne pas dire fredonné) ! la  preuve encore une fois !



Allez, je vous quitte, vous avez des images, des cours d'histoire et plein de trucs instructifs à lire dans mes liens, vous ne direz pas que je vous laisse le bec dans l'eau ?! Bonne journée à tous et portez-vous bien, je file dresser le bûcher pour le sacrifice aux dieux lares (attachés à la maison, à la famille), mais je vais peut-être faire ça "dehors", le noir de fumée ça part mal sur des murs blancs.

La dragonne

PS: j'ai créé un album, il suffira de cliquer sur celui-ci à droite, sous mes albums opéras et dessins, cela vous permettra de voir d'autres clichés de ces visites, je ne veux pas trop encombrer le billet, vous vous en doutez (à remplir d'ailleurs au fur et à mesure de mon tri de photos)

* obligés, il faut laisser du temps aux connexions neuronales de retrouver le chemin du ciboulot après une nuit plus que courte pour certains (j'avais oublié mes "glandes qui-c'est", j'ai eu du mal à céder aux avances morphéiennes, tellement je suis habituée à couper le son en même temps que l'image)

**désolée, point de cliché personnel valable, j'ai dû piquer celui de fredpanassac, son adresse ne tenait pas, vu la longueur, en lien direct)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cleo 13/06/2008 22:45

Le Père Lachaise! L'un de mes lieux de prédilections. Mon Dieu que je l'aime! Mais je ne peux plus y aller depuis que j'ai mon chien. Ou alors il faudrait que je le planque. Lol.Gros bisous ma dragonne.Je manque encore et toujours de tempsEn parlant de Paris, je te vois quand?

16/06/2008 07:25


Un truc dingue, dans les environs... un parc traversé lors de notre balade vers le Père Lachaise, on a vu une sorte de garderie pour les chiens, tu pourrais tenter le
coup (à savoir où exactement, je ne m'en souviens plus par contre...)
Bises ma belle et dès que je "monte", je te tiens au courant, depuis le temps que je le dis !


cat 26/04/2008 20:21

j'avais adoré mes deux visites au pére lachaisej'avais même pique niquer sur la tombe d'appolinaire ;)pleins de bisous la dragonne, ma dragonne ;)

28/04/2008 09:10


Comme le jour des Morts au Mexique ? J'avais bien aimé leur façon d'appréhender ça... Bises ma belle


Adûnä Faël 24/04/2008 22:18

Salut à toi Ô légumineuse dragonne, hi hi !!!Les Buttes Chaumont c'était mon jardin d'enfance, et le théatre de mes premières évasions, j'y ai fais les 400 coups là dedans, imagine pour des gosses c'était géant, hé hé !!!Ah ça rappelle vraiment de bons souvenirs tout ça !Bises, Adû

25/04/2008 10:14


Donc, ça a brassé des souvenirs chez toi, tant mieux, ce sont des trucs sympas ! Bises mon prince


Francky (Kikojo) 22/04/2008 06:47

Ola Dragonnilla !Merci pour cet album, l'araignée fait froid dans l'dos, heureusement que tu es là pour remonter le tout ;o))Je me suis bien marré mais je vais être en retard pour le taff maintenant ;o)))))))))))Je file, gros bisous et bonne journée ^_^ @+

22/04/2008 09:29


Tu diras au patron que c'est pour cause de lifting aux zigomatiques, ça peut marcher hé, hé. Bises mes garçons


Bordelius 21/04/2008 06:59

j-10Serez-vous là?