Koryo Dojang Taekwondo, mon nouveau cri de guerre !

Publié le

Allez,

Je voulais entamer la narration d'un drame lyrique  quelconque mais, que Nini peau-de-chien, y a urgence à ce que je raconte tout d'abord mes premiers pas dans la grande famille des aventuriers de la forme perdue... J'attends les ovations des supporters à l'annonce de cet  exploit....  On va dire qu'il est un peu tôt... vos '"kawatières" respectives  ne doivent pas tourner encore à fond les ballons pour que vous soyez réceptifs à ce grand évènemen
Pourtant, c'est pas faute de vous en avoir parlé de mon souhait de retrouver un semblant de "consistance" musculaire, la mienne ressemblant plutôt à celle de ces gélatines alimentaires grandes-bretonnes aux couleurs inconnues sur le spectre habituel. Fallait juste me laisser le temps de trouver le bon truc, c'était pas du beurre mou, m'y étant prise juste quand ce genre de complexe sportif ferme ses lourdes pour raison de congé estival.  "Au cas où"; comme on dit, je chopais tout ce que je pouvais trouver par-ci par-là ou dans ma boîte aux lettres, qui ressemble plutôt à un container pour papier à recycler certains jours, vu la somme de paperasse qu'on y dégote*.

Ce que pourra donner une photo de votre servante.... avec un peu d'entrainement (vi, "un peu", j'ai le droit d'être optimiste non ?!)

Puis, il y a deux semaines de ça, je file faire un tour au salon des associations qui a lieu tous les ans, histoire de me rendre compte de ce que' notre commune peut bien proposer à ses administrés. Je déambule, blablatte avec les représentants de la chorale locale, ceux du tir à l'arc (dragon en faisait, j'aurai bien voulu, mais ça coûte un bras une boîte d'archerie "garnie" !), tape la causette également avec le club d'art martiaux, leur signalant que j'ai passé l'âge de ma balader en "pige-moi-ça" (pyjama) en pleine journée et de faire la figure du héron sur une patte (j'ai plutôt la stature au dessous, c'est plutôt celle de la mouette rieuse, celle de Gaston Lagaffe,  ça fait moins "noble"). Je note tout de même qu'une nouvelle section existe (nouvelle... enfin presque : deux ans, faut me laisser le temps d'imprimer l'info associative des fois). Le Body-Taekwondo?
Je digère le truc, parce que ça, ça me plaîrait bien, mais j'ai un doute sur la tranche  d'âge... qui annonce "body", présage nanas trentenaires au grand maxi, ayant de p'tits pneus d'amour à faire  disparaître et non leurs aînées de vingt piges en espoir de "retrouvailles musculaires" (soyons lucide, j'suis pas une croûlante, enfin selon les dire des proches, mais les exploits sportifs ne sont plus les mêmes avec le temps, surtout l'endurance ,  la souplesse, ça va encore, j'touche du bois !). De plus, je faisais une recherche "groupée" pour fifille et bibi, donc il fallait que ça plaise aux deux intéressées.

Une fois arrivée à l'antre, je laisse toute la documentation sur le bar américain et attends. J'avais un but en laissant ça ainsi, ne pas forcer la pogne à ma gamine qui cherchait  également un  sport défoulatoire, fallait que ça semble venir d'elle (j'suis machiavélique je sais...) Pour fonctionner, ça a fonctionné ! Elle m'appelle de sa carrée pour me signaler qu'elle est allée sur le site du koryo Dojang Taekwondo (ça se la pète le nom hein ?) et que ça lui plairait bien d'essayer...Que Chasselas ne tienne, on ira donc au cours d'essai prévu le lundi suivant, qui ne risque rien... etc.

Arrivée à vingt heures au cours  en touristes (tenue sportive basique, mais c'est tout, on débute n'oubliez pas) et on s'assied en tailleur en attendant que le cours précédent finisse (taekwondo pur). .J'ai des doutes quand je vois les gamins s'envoyer des coups de tatanes au plexus et se bourrer de coups de poings, même s'ils ont des équipements protecteurs, si c'est "ça" qu'on va faire, j'vais me retrouver en vrac et décalquée contre la cloison du fond, ça va pas faire un pli !
Quand tous les mômes ont fini de tournicoter pour retrouver leurs fringues "civiles" et que les géniteurs pas peu fiers les ont récupérés pour regagner leurs doux foyers respectifs, c'est à nous !
J'ai observé le groupe dont on allait faire partie, ça se confirme, j'dois être la doyenne (les cours suivants, je me suis sentie moins seule, il y avait deux types dans la même tranche d'âge, et plus "raidasses", ça réconforte)
On se présente, signale qu'on  vient tâter la température, qu'il s'attende pas à des exploits olympiques surtout et le type a l'air étonné de voir la mère et la fille pratiquer la même activité sportive... Je commence fort en lui signalant que ça va nous permettre,  via cette discipline, de régler certains conflits de génération (les coups de pieds et de poings étant fortement recommandés, c'est tout bon pour exprimer ses griefs)... je crois qu'il a eu du mal à piger le second degré qui me caractérise, il avait un excuse, il ne connaissait pas le bestiau.

Le cours commence très fort et en musique (très forte aussi) par des échauffements qui nous ont semblé interminables, et le comble c'est que ce n'était que pour chauffer le moteur, le pire nous attendait !! Au programme de cette mise en chauffe, étirements par tous les bouts et extrémités, rotations du bassin, des rotules, de tout ce qui est muni d'articulations sur le tableau anatomique de nos cours de sciences nat. préférées ;  je confirme, on en a beaucoup d'articulations,  trop pour une mise à l'étrier en tout cas !
On souffle un peu, le temps de boire une gorgée de flotte, on est déjà suantes comme un jambon de pays au-dessus de l'âtre, on va finir néfertitisées (momifiées si vous préférez)
Et là, l'horreur ! Il nous demande de choper des cordes à sauter à disposition et de commencer à jouer les écoliers en récré (je me voyais bien tournicoter le bastringue en sautant et en chantant "au palais royal", j'ai failli, mais le regard noir de fistonne qui me connais m'a remise dans les rails, fallait pas que je me fasse - déjà - virer du cours !) Le rythme est infernal, on tourne  la corde, juste avec le poignet, le reste du bras ne bouge pas, on saute à pieds joints, pas de talons  aux miches, c'est mal vu, et on tente même des figures (que j'ai royalement floppées d'ailleurs) en croisant la corde ou alternant le pied en avant et ce pendant plus de dix minutes... (ah... c'était ça le fameux "cardio" alors... je pige  mieux, j'ai le myocarde dans les pavillons auriculaires et les yeux qui piquent avec la sueur qui dégouline dedans)

Vous dire que ce passage est pénible, pas la peine d'en faire des caisses, et quand je me tourne vers ma gamine, j'observe le même état de serpillière humaine, donc, ce n'est pas dû à mon "grand âge", ça esquinte son pélerin ! Aux cours suivants, elle déteste toujours autant ce passage, on compte même s'entraîner à la maison, pour ne pas paraître trop godiches, c'est les voisins qui vont se marrer !
 J'ai eu du mal mais parce que j'arrivais  à me frapper le bras à chaqiue tour de corde (j'suis très douée), il est orné d'un joli hématome polycrhrome d'ailleurs et ce avant de piger qu'il fallait que je prenne la corde un peu plus haut, c'est ergonomique ça aussi, je la tenais du bout des doigts, comme si j'étais la géante verte, y a pas de miracles.

A peine remise de ce petit quart d'heure de cardio, une petite lampée d'H2O ingérée, c'est reparti pour un tour ! Il nous fait lâcher la corde pour choper les gants de frappe... Aïe ! Je regarde du coin de l'œil la cloison qui va me recevoir en  kit démonté... je choisis même mentalement le point d'impact, fataliste dans l'âme.
Pour nos premiers pas (et on est nombreux) il y va mollo et nous demande de simuler plutôt que de frapper vraiment dans les paumes en position défense de notre binôme (on bosse pas mal à deux, pour tout et surtout pour les abdominaux et les étirements, bien pour faire ça hors cours mine de rien)
Suivent des enchainements poings-coup de pied latéral, pas évident quand on a jamais été fichue de faire une roulade arrivée écart, même gamine, et ce presque jusqu'à la fin... Ah... j'oubliais, pas de temps mort, on bouge tout le temps, on ne doit pas s'arrêter... même si on est à l'agonie, faut au moins piétiner ou marcher, c'est les muscles qui nous en sauront gré comme le prof le signale. Dans mon cas, je me suis transformée en héroïne de la Hammer (la boite de ciné anglaise spécialiste des films d'horreur à une époque) une version capilliculturesquement pétard de la frangine de Husher dans la Chute du même nom ***. Et on a même droit au "cri qui tue" (genre "kaï" ou plutôt "Aïe" dans mon cas, ça défoule, mais je ne me lâche pas encore assez, trop scolaire et fixée sur mes mouvements  et le fait de bien les enchaîner, peux pas être au four et au moulin, ça viendra...)
Je déambule, frappe, sautille et tourne en état plus que second, parfaite imitation du zombie mais sans me rassurer, j'ai un copié-collé juste en face de moi, fistonne. Que personne ne nous demande à la fin du cours d'être performantes  question tâches ancillaires ou présence neuronale  le soir à la bicoque, ça risque soit de nous faire tomber les derniers os et muscles intacts au fond du sac soit de nous obliger à faire taire ces exigences  par une démonstration de notre fameux enchainement pogne-pogne-tatane, peut-être la meilleure solution pour prouver qu'on ne fiche pas notre fric en l'air dans cette inscription.

Pour conclure le cours, une séance de cinq minutes d'étirements. Un exemple ? Un de membres du binôme est adossé debout au mur, l'autre lui lève une guibole le plus haut possible (quand ça fait un grand "crac" c'est que c'était trop haut) et on tient comme ça, jusqu'à ce que ça "tire un peu" (ben mon cochon... je me demande ce que ça doit être quand ça tire "vraiment" !)

Bon, vous avez eu la narration de nos débuts sportifs, vous dire qu'on a appréhendé le lendemain (le surlendemain dans mon cas) rapport aux douleurs qui n'allaient pas se gêner pour se manifester est superfétatoire... c'est là que le muscle ignoré depuis des lampadaires ouvre sa grande goule, on se retrouve à marcher comme une geisha (c'est mieux comme qualificatif que "p'tite mémé")  La  gamine avait mal partout, bizarrement, je ne  souffrais que des mollets, faut dire que je fais un peu de musculations à côté et que ça m'a aidée à supporter certains exercices, j'étais pas peu fière d'ailleurs d'avoir tenu le choc !

Bilan de ce coup d'essai : ça nous plaît, c'est supportable quand on fait "bien" les mouvements, on évacue les toxines et pas qu'elles, le stress aussi (dans le cas de ma gamine) on se refait une "armature" solide et mes scrupules quant à l'âge tombent en botte, je tiens la route par rapport à ces "jeunesses" c'est même valorisant non ?
On a rempli "tout bien" le dossier, réglé les cotisations et l'inscription à la fédération... on assiste à deux cours sur trois par semaine, je vais tenter le troisième, mais seule, ma gamine faisant du roller ce soir-là, mais juste tenter, ce cours étant en doublé avec le Taekwondo pur, l'équipement est différent et le niveau des participants peut-être un peu plus sérieux que mes débuts titubants (à moins que je sois douée et que je rattrape tout le monde, mais l'espoir fait vivre...)
Autre constatation, moi qui ait un dos en vrac, pas une douleur de ce côté, le moniteur signale bien que tout est fait en fonction du rachis et c'est pas du flan, la preuve
Ce qui est excellent aussi, c'est qu'on est à des lieues de la salle "fashion-victime" avec bimbos équipées de leur panoplie "Barbie donne dans le body-sculpt", chacun y va avec sa tenue fétiche, même si le futiau (pantalon) ou les marcels ont connu des jours meilleurs c'est l'effet "bien dans ses fringues, bien dans sa tête" qui prévaut. et non "marques à tout prix c'est tendance" (tout prix... tout est relatif, c'est souvent un bras ou un œil qu'il faut sacrifier dans les magasins de sports à la mode)

Donc, vous avez une dragonne munie de gants de protections pour éviter qu'on joue aux osselets avec ses mimines (à quand le plastron ?) de la serviette pour éponger les débordements des glandes sudoripares, de la bouteille de flotte vitale pour éviter d'avoir la trachée transformée en parchemin au bout de dix minutes, et du tapis roulable  individuel pour le cours se déroulant dans une salle polyvalente autre que la salle "Dojo" du collège. On commence déjà à délirer avec gamine en s'imaginant calmer les élans belliqueux de certains, l'une les "commençant" aux baffes et l'autre les "finissant" à la rafale de coups de tatanes, on va être des tueuses !



Allez, je file faire des étirements, du coup, j'ai du mal à rester immobile le lendemain de nos débordements gestuels (ce qui est le cas) ça me fiche des fourmis au valseur comme disait ma mémé... Bonne journée et à plus... quand j'arriverai à rester plus d'une heure assise...

La dragonne


* on entame le couplet écolo, pas par désir d'être dans la mouvance, mais parce que là, le Maurice il pousse un peu le bouchon (pour paraphraser la pub pour un dessert lacté tout sauf "comme chez Mémé" quoi qu'ils en disent, m'enfin...) Je ne sais quel jour est réservé à la pub en masse chez vous, mais nous, tous les distributeurs se donnent le mot pour nous ficher ça le mardi, remarquez que ça tombe bien puisque le soir on re-fiche tout l dans le caisson bleu donné par la mairie, le lendemain étant le jour des trucs à recycler.
Quoi qu'il en soit, deux bons kilos des fois de papelards passent à l'as, parce que dans le secteur, on a une bande de cossards qui s'arrange pour ficher de surcroît plusieurs exemplaires de la même publicité, histoire de faire baisser leur pile de distribution plus vite certainement. J'ai beau en garder un petit tas, pour mes exploits bricolo-décoratifs (la peinture, c'est bien, mais mieux sur le meuble que sur le sol, vous devez connaître la malédiction du pinceau dégoulinant quand et où i:l ne faudrait pas, au lieu d'un tapis persan, j'innove donc le carrelage papelardesque en ces circonstances) ces performances esthétiques donc, ne sont pas les travaux de la grande pyramide, il en reste toujours. Et on va nous parler d'économie, de recyclage, de respect environnementale et tout le tremblement... est-ce que j'ai écrit "bredine" au milieu du front des fois ?!;:

** Les contes d'E. Poe... la nouvelle "la Chute de la maison Usher", un classique parmi les classiques. a été mise en images avec Vincent Price

Commenter cet article

admiratrice 30/11/2008 11:51

et ben la je voulais te dire que t as assuree un max au gala du taekwondo hier soir !!!!!!
felicitation et merci pour ta joie de vivre et ta bonne humeur
bises a bientot

01/12/2008 07:42


Un max, sais pas, mais bizarrement, je n'ai jamais flippé comme je pensais le faire, concentrée sur le fait de ne pas me faire mal hé, hé... Merci ma puce et bisous virtuels (en attendant ceux de
soir au cours hé, hé)


@line 01/10/2008 18:53

La chirurgie esthétique appliquée aux meubles, ça nous donne une seconde jeunesse...
En tous cas, tes plantes s'en plaignent pas et je t'envie; moi en plein sud, elle crament toutes... et Fripouille attaque celles qui osent défier l'ombre d'une survie possible à la lumière!

06/10/2008 10:11


Le chat de fistonne a bien tenté la fonction latrines pour les miennes, mais un ou deux secouages de puces l'ont remis dans la bonne voie, celle des toilettes dans la
vraie nature hé, hé... Bises @line


jane 28/09/2008 22:01

Je crois que tu attends le centième com pour t'y remettre ! C'est y que les neurones dégonflent de façon inversement proportionnelle aux muscles qui se fortifient ? ;-)Bises Dragonnette , m'écoute pas , je suis une mauvaise langue !

29/09/2008 11:19


Nan, j'attendais juste d'avoir du temps, j'en manque bigrement en ce moment ma belle ! Je rigole parce que ta remarque me  fait penser à un dessin de Serre sur le
sport dans un de ses recueils (je les ai tous, je l'aime bien celui-là)
Bécots Jane


:0091: Lili-Flore :0010: 27/09/2008 15:51

me revoilà opérationnelle avec des articles complètement réparés, car les ceusses qui étaient sosu explorer avaient de gros soucis avec mes articles. J'avais pas besoin de cette embrouille pour me mettre à jour. Et demain pas de blog, nous fêtons l'anniversaire de notre fils à la maison, comme le temps c'est presque hier qu'il est né (lol déjà 41 ans). Bisous bien ensoleillés du jour

29/09/2008 11:20


J'ai du bol, je ne suis pas sous explorer, rien vu de zarbi du coup. J'espère que vous avez fêté dignement l'évènement... Ici temps splendide depuis pas mal de jour,
on en profite Bises Lili


:0037::0038::0075::0076::0110::0091: 27/09/2008 13:09

hello te souhaite un bon samedi...dimanche etc...et @ +

29/09/2008 11:20


Bon début de semaine (retard, toujours retard...)