Je chirurgicalise mes meubles, désolée !

Publié le

Bonjour !

Comme certains l'ont signalé et que rien n'échappe à votre œil de panthériné tacheté (nan maiiiis... j'vais pas encore vous pré-macher le boulot,  ouvrez le dico p'tits fainéants !) je me la coule plutôt douce en ce moment.... enfin douce, c'est peut-être pas le terme juste, vu mes nouvelles activités sportives, mais je croise à des encablures du blog, ça c'est sur !
Et vous savez quoi... j'ai  beau savoir qu'il faudrait remettre un peu de rigueur dans la tenue de celui-ci (le blog, suivez ceux du fond !), c'est pas que j'en ai perdu le goût, c'est que tout part en vrille et  que mes bonnes résolutions sont balancées comme certains galurins par-dessus les moulins *. Je suis loin d'être inactive, ça je vous le garantie !

Preuve à l'appui, encore un non-article dont j'ai le secret, vous me connaissez, je peux parler sur tout et n'importe quoi, en lui donnant la longueur de dix volumes de l'intégrale des œuvres de Dumas, j'envisage même un nouveau jeu... inviter mes lecteurs à trouver un sujet pour mes articles... histoire de voir s'ils arrivent à me clouer le bec.. je signale aux amateurs que je suis arrivée un soir, aidée par quelques doses d'alcool mi-fort à parler "cochon" (le bestiau par  le grivois, le second, je sais aussi, mais c'était pas le sujet à l'ordre du jour) et ce avec un ingénieur agronome spécialisé dans cette branche  (peur de rien, pas  même du ridicule la dragonne).

Donc, il faut savoir que, sans compter mes élucubrations taekwondiennes, je pratique assidument le bidouillage de vieux meubles à fin de sauvetage de la grande fosse de la déchèterie proximale. J'ai déjà à mon tableau de service, la réanimation d'un meuble en agglo du plus pur style "Confo-ikéien", revêtu à l'origine d'une couche d'un noir mat qui me semblait être indestructible (matériau extra-terrestre dégoté dans  la zone 51 ?), mais qui n'était qu'une sorte de super-plastique auto-collant. (en bigornant un peu un des coins au canif, ça s'est détaché et j'ai simplement** tiré dessus pour tout dépiauter comme pour lever les filets d'un saumon récalcitrant).
Comme changer pour changer autant modifier aussi son positionnement spatial,  j'ai décidé qu'il serait dorénavant non sur sa petite base et les étagères biens horizontales, mais couché sur le côté pour transformer les rangements en porte bouquins et revues diverses et agrémenté une fois repeint  de trois plateaux en carreaux de faïence sur le dessus (le côté donc à l'origine, n'ayons pas peur d'être précise, histoire de bien vous embrouiller)



Comme j'étais en forme, j'ai trouvé une nouvelle victime à "chirurgiquer plastiquement" (pourquoi ça n'existerait pas ce verbe pour les plasticiens d'abord ?!), ce n'était pas frénésie psychopathe  de ma part mais, étant donné qu'à l'origine, j'étais partie pour me faire une sorte de séparation de mon espace "j"me prends pour Kandinsky" de celui dénommé communément "pièce à vivre" ; c'est plus classe que "coin où on tape la causette devant une kawatière fumante", mais c'est tout de même sa fonction première, la seconde étant de se vautrer sur la banquette avec un des bouquins qu'on a trouvé rien qu'en allongeant le bras, pas de petites économie gestuelles quand on est dans sa phase endive pré-gratinée chez les dragons.



Pour être franche, pas une mais deux victimes... un vieux coffre tout moche, d'inspiration bretonno-basque (le style étant plus que douteux, jamais su quelle région choisir) et deux caissons à porte en pin brut, achetés dans une grande surface de bricolage pour une misère (si tant est que la misère ait un prix, hélas !)
Donc, tout en rapetassant tout ça,  restons dans  la prime fonctionnalité, celle choisie pour isoler l'artiste (profondément cachée, puisque pas encore trouvée) du reste de la maisonnée.



Et  allez zou ! "Sautage" allègre des moches façades du coffre, "tapissage" de l'intérieur d'une nuance chaude parce que l'enduit vieux chêne, ça va pas le faire, "peinturage" du tout de la même nuance pour ne pas faire désordre ("Sahara" selon une marque de peinture, "Sable saumoné" selon une autre, mais au nuancier, la même teinte et quelques brouzoufs de gagnés, que du bon !). Quant aux deux caissons, on les assemble pour créer un  meuble unique, on le "coiffe" des lattes de caillebottis récupérées sur deux trucs qui n'ont  presque jamais servi dans la salle de bain, on fait  un socle et un fond, pour donner plus de "solidarité" à l'ensemble et on le peint aussi parce que le pin nature c'est bien, mais ça jure du coup sur tout le reste.

"Et alors... me direz vous... t'as trois meubles bas, où-k'c'est-y k' tu vas bien pouvoir les caser vu que tous les murs sont déjà bien occupés ?"

Au mitan de la pièce, histoire qu'on se prenne bien les ripatons dedans quand on baguenaude nuitesquement pour alller faire une pause sanitaire. C'est sur que, positionnés comme ça, on a de grandes chances de se retrouver cul par-dessus tête après un splendide soleil (en pleine nuit, c'est déjà très fort !) mais j'ai la solution aussi en tête... poser mes volumineuses plantes vertes dessus, leurs branches préviendront bien avant l'impacte du pied contre le meuble qu'il y a danger à persister dans cette direction


Vous avez droit à des photos, mais j'ai dû attendre le lever des princes consorts, mon appareil s'étant fait seppuku  sur un coup de blues. Le capot qui ferme le réceptacle à piles s'est pété en deux et à moins de trouver ça au "décrochez-moi-ça"  - magasin d'occase, brocante ou Mont de Piété à l'origine - il est définitivement hors d'état. J'ai dû quémander (traduire par "jouer de mon autorité parentale", évidemment) le prêt d'un autre numérique.

Inutile d'expliquer que ça ne faisait que commencer mes délires bricolatoires, j'ai enchainé sur le lifting de la luge de mon papounet, elle ne tenait plus que par l'oxyde des patins, il y avait urgence. Puis les branches de lierre décorant le guéridon, (déjà montré ici un jour) me sortant par les mirettes, "allons-y Alonzo"... petites variations sur le thème des mosaïques de céramique. Du coup, obligation de repeindre également la chaise à bascule qui était coordonnée à la  petite table, cela va sans dire).




D'autres choses au programme, genre descente spéléo dans le garage et élimination de tout ce qu'on peut garder dans l'espoir que "ça serve à quelque chose un jour"... tri de bouquins, jouets à donner.
Je crois que je vais  même faire un heureux, ayant emballé mon violon, en bien mauvais état, vu que je ne pratique plus jamais,  une fois collée une petite note anonyme*** sur la nécessité de faire passer la bête entre les mains expertes d'un luthier, je suis allée à l'école de musique et l'ai laissé, un peu planqué tout de même, pour que le pékin moyen ne tombe pas dessus et ne l'embarque. Ils peuvent avoir des prix sur la réparation des instruments et si ça peut dépanner un gamin qui n'a pas de quoi en louer un... ça me semble logique, un instrument de musique, ce n'est conçu ni pour prendre la poussière au-dessus d'une armoire, ni pour faire joli dans une pièce, c'est pour en jouer... enfin c'est ce que je pense.

Donc, preuves photographiques à l'appui, je cloue le blec des médisants qui peuvent avancer que je me la joue faignasse en ce moment ou neuronalement limitée, j'ai la "matière" mais pas le temps, et j'ai envie de délires et point de pédagogie lyrique, (enfin... pédagogie, dans mon cas, je ne sais pas si je ferais la farce comme enseignante dans un cours de musique, ça risquerait d'effrayer les "vrais" profs et les parents de nos chères têtes blondes, brunes ou rousses)
Donc, vous attendrez  un peu pour les narrations d'opéras... trop d'idées et trop différentes pour me coller à un livret quelconque en ce moment, désolée.

Sur ce, portez vous bien et à plus, je vais tenter de ficher la pogne sur ma bouteille de white spirit, j'ai encore des restes des mes travaux de fin de semaine sous les griffes, j'vais pas attendre qu'elles disparaissent en soufflant dessus.

La dragonne

* A savoir que cette expression a encore une fois une connotation "galipettienne" à ne prendre en aucun cas en compte dans ce cas-ci évidemment, j'vous connais !

** simplement est aussi un tantinet loin de la vérité, j'ai du tirer comme une bredine en pleine transe napolitaine pour décoller le bastringue.. Commençant d'ailleurs "en touriste" les pognes nues et finissant au gant de protection (deux tailles au-dessus, vu que je n'ai trouvé que ceux de dragon dans le garage) parce que les mimines en question commençaient à pulser et ne plus avoir d'empreinte digitales , c'est qu'à côté de la face collée, le papier émeri  c'est une lingette démaquillante au contact !

*** j'ai une propension à donner les trucs de cette manière, pas accro au salamalecs et remerciements de bon ton, je m'arrange pour faire ça aux "heures creuses" quand il n'y a personnes aux "entournures", un don doit rester désintéressé de toute façon et comme déjà signalé, je ne postule aucunement pour l"'érigation" d'une statue par la patrie reconnaissante.(même pour les mômes des voisins, j'ai laissé les poches au grillage de séparation, ça m'a évitée d'aller toquer à l'huis pour m'expliquer... la flemme.

Commenter cet article

Ghany/Catherine 17/10/2008 22:51

J'apprends une chose importante : les oxydes peuvent servir de colle, mdr

20/10/2008 08:19


Vi, et pourquoi pas ? hé, hé. Bises Catherine !


jane 06/10/2008 14:07

Ca y'est de sûr !! Ma amison est vendue ! On va pouvoir vite vite se consacrer à notre déménagement ! L'horreur en perspective ! Si tu veux venir nous donner un coup der main , on est OK ! ;-)Bises Dragonnette !!

07/10/2008 09:26


Enfin ! J'aimerai bien t'aider (j'suis maso, j'adore aider aux déménagements moi hé, hé).... problème, le manque de temps... ça perdure (pour le temps, c'est paradoxal
hé, hé) Bises ma belle !


jane 05/10/2008 22:43

Je vais un petit tour chez les copines et les copains ! grosses bises Dragonnette !

06/10/2008 10:00


Il faut que j'en fasse de même... ça va être dur, encore une fois... Bises Jane !


honorius 05/10/2008 13:06

un ti bisou en passant...

06/10/2008 10:00


Bises mon vieux sorcier !


@lain 04/10/2008 13:37

Coucou Ma Dragonne adorée

Ben n'en voilà un de sujet : "la pêche du saumon de fontaine en haute Loire" ... ça te va ?

Sinon je te remercie d'avoir participer aux commentaire pour le plus beau blog. je me défoule et c'est marrant de prendre le train en marche. Je suis inscrit un mois après l'ouverture du concours, ben vi j'ai été jeté la première fois :)
Merci mille fois

Je te fais plein de gros bisous Dragonne de mon coeur et je te souhaite un excellent weekend
@lain

06/10/2008 10:01


De rien mon bon... et merci (euphémisme !) pour le sujet hé, hé;.. Bises randonneur de mon coeur !