Âmes sensibles s'abstenir !

Publié le

A toi, et à tous les ramollis du cortex et du sphincter, dépourvus d'attributs sexuels et qui compensent comme ils peuvent même si c'est avec une "Pigeot décalcomaniée"

Bon, j'espère n'avoir choqué personne, m'enfin, vous connaissez mes tournures de style, on ne se refait pas...  Et je risque d'être fort crue également dans ma narration, je ne vois pas pourquoi j'en ménagerais certains (désolée pour les potes innocents, mais la prise de conscience, ça passe aussi par les images "choc") Et désolée aussi si ça prend de la longueur, je ne peux faire plus court, l'abcès à vraiment un trop plein de sanie à évacuer.

Que celui se sentant  merdeux se torche, ce mot s'adresse à tous les trouducs chroniques et affligés d'une prothèse à quatre roue compensant leur absence de virilité ou féminité, attributs sexués de bon aloi pour sinon appartenir à l'Humanité du moins s'y faufiler sans qu'on remarque trop leur nombrilisme mono-neuronal de primate pas fini.
Le signe de reconnaissance du club des cons : la voiture ! Et surtout montrer qu'elle en a sous le capot !

Je ne suis pas outre mesure une mémère à  toutou ou à matou, mais trop c'est trop ! Je tente de garder le ton général de mon blog, j'ai horreur de la sensiblerie, mais c'est dur, je morfle, on morfle tous ! Le comble c'est que ce n'est pas "mon" animal qui est en cause dans cette lamentable histoire. Et le plus étonnant c'est que je ne suis pas spécialement une fanatique des chats.

Ma gamine s'est bougée les miches pour aller récupérer il y a trois ans le chaton le plus mal loti d'une portée et ce à Perpètes-lès-Quenouilles. Il revenait de loin ce greffier, une queue pliée en trois qui lui interdisait tout contact social avec ses voisins félidés (à savoir que l'expression féline passe par sa queue, point d'expression, point d'insertion dans le groupe), étant tombé dans le diesel dans la cour de la ferme où il survivait au milieu... des chiens et des poules (vu que sa mère l'avait rejeté), il ne pesait rien, ne ressemblait à rien et était bourré de parasites par dessus le marché.



Vous dire que la tribu était fière de ce qu'il était devenu... au vu de la photo, point n'est besoin de le préciser... 

Il était chiant tellement il ressemblait peu à un chat... (jouer à rapporter la balle, vous en connaissez beaucoup de mistigris qui le font ?) Sa dernière trouvaille, dont j'avais l'exclusivité m'étant faite avoir, c'était de me tendre une embuscade dans le jardin et de tenter de me faire bouler cul par dessus tête (ça a marché une fois, j'ai préféré rouler dans l'herbe mouillée pour éviter de le ratatiner,, ça lui a plu et il m'a sauté dessus comme si j'étais un gnou terrassé et lui un lion de l'Atlas)
Il nous tirait la tronche quand on s'absentait, refusant qu'il n'y ait pas tous les membres de la tribu autour de lui (on parle d'indépendance féline ? Il en était un parfait non-exemple) Il nous collait et collait les potes en visite, se plantait devant vous quand vous discutiez, histoire de ne pas en perdre une miette, miaulait pour qu'on lui donne l'autorisation de manger en regardant son écuelle pleine, miaulait pour qu'on lui réponde qu'on était là, miaulait pour prévenir qu'il avait envie de jouer ou de sortir... à trois heures du mat (au début, la gorge avait dû subir des traumatismes sérieux après l'absorption involontaire d'essence et il a mis longtemps à trouver sa voix, mais il s'est rattrapé)
Enfin, tout d'un nounours en peluche qui ronronne, mais rien de la noblesse féline d'un représentant de la déesse Bastet.

Et cette peluche, après deux jours d'absence, ce qui n'était jamais arrivé, je la trouve hier matin devant le portail*  en train de "mimer" le miaulement encore une fois et s'étouffant en tentant de respirer, la partie postérieure trempée de suints divers et de sa propre urine.
Vous dire le choc, pas la peine, et si on y réfléchit bien, il n'a pas eu lieu de suite, mes nerfs ont pris le dessus aussitôt, une sorte de groupe électrogène de secours quand tout part en quenouille. J'ai géré avec sang froid, appelant le fiston pour m'aider à le transporter, la gamine pour qu'elle s'attende au pire, filé avec elle chez le véto pour qu'il nous prenne et constate les dégâts au plus vite; raccompagnant la môme, expliquant froidement et posément la chose aux voisins qu'on rencontrait et inquiets de la mine défaite de celle-ci, repartant avec elle après son après-midi de taf, pour qu'elle puisse mettre dans la cage de soins un vêtement portant son odeur, réitérant mes explications à dragon quand il est rentré du boulot...sans  compter les coups de fils à intervalles réguliers pour savoir ce qu'il en était... j'arrête là l'énumération, parce qu'elle a continué encore aujourd'hui cette rumba infernale.

Le chat, nous en somme tous conscients, est en train de jouer son existence en ce moment même, à part s'il décide de faire jouer son joker avec les vies surnuméraires qui lui sont attribuées dans la croyance populaire (bien entamé du reste ce quota, vu qu'il a déjà été victime d'un chauffard il y a près de deux ans) et de se guérir miraculeusement et sans intervention chirurgicale (qui peut être fatale, les organes sont tous remontés dans la cage thoracique, vous imaginez la tronche de la radio qu'on nous a décrite par le menu)
Pour en rajouter une couche, le chirurgien chez qui on fonce, (façon de parler puisque fiston servant de chauffeur, roulant  presque au pas à cause du traumatisme respiratoire du chat) nous annonce qu'il y a une surprise (tiens donc !),  une majoration de l'intervention prévue de plus de cinquante pour cent, les vers ont commencé à le bouffer vivant par l'arrière,  j'ai bossé chez un véto, je supporte la vue des interventions, je confirme, deux jours à gésir dans un fossé, ils ont eu le temps de s'installer les salauds !
Je suis "gore", mais c'est exprès, il faut que vous "visualisiez"  l'horreur du tableau pour réaliser que bête ou pas, c'est immonde de finir ainsi.

J'ai commencé à me craqueler cette nuit en tournant en boucle sur l'image du "non-matou" de la tribu, retourné pour agoniser parmi ceux qui lui étaient essentiels, nous ! Selon la véto, il a dû se trainer des heures au constat de sa température trop basse et de son état général...

Maintenant, arrêtez vous cinq minutes sur cette image :
Quelqu'un d'assez attaché à vous pour souffrir le martyre en tâchant de vous rejoindre, pissant le sang, crachant ses poumons et tenant tout de même les quelques mètres qui lui restent à faire pour vous fixer de ses mirettes bleues calmes et presque déjà ailleurs.

Là,  je lâche de la vapeur, rien ne sert de jouer les durs à cuire, ça ne fait que nous fracasser de plus haut quand la tension retombe. Et ma vapeur, ma soupape de secours, c'est la rage, donc je me défoule et foin de précautions et formules de politesse, ces crevures, puisque crevures il y a pour moi, je vais te leur chanter un couplet tel que leurs oreilles  vont leur siffler un bon bout de temps !

D'accord, ce genre d'accident arrive,  on a déjà donné de ce côté deux fois déjà, le premier chat de ma gamine et le chien récupéré chez ma mère il y a à peine quelques mois, tous victimes de chauffards,  le climat du  quartier n'est d'ailleurs pas sain pour nos compagnons à quatre pattes, la liste des "disparitions" dans la zone s'allonge de semaines en semaines.
Même quand on n'était pas spécialement concernés, simplement incommodés par les nuisances sonores des fausses F1 testant leur reprise ou faisant gronder leur moteur au feu rouge devant chez nous, je flippais déjà d'entendre un bruit de freins  et surtout un bruit d'impact, mais j'avais beau dire que ça devenait périlleux de sortir chercher sa baguette ou de revenir tout seul comme un grand de l'école primaire du bout de la rue, nul ne semblait s'en soucier, ça n'arrive qu'aux autres, c'est bien connu !
Sauf que je suis déjà allée à l'enterrement d'une gamine que j'avais en travail manuel quand je faisais du bénévolat à l'école... A peine diz ans et morte traînée avec son vélo par un camion à trois rues de chez nous, le chauffeur était à l'Ouest après une journée de boulot.... et un gramme et des prunilles d'alcool dans le raisiné.

Je ne puis parler que de ce que je connais, les cas de "proximité"  mais à mon avis, ce ne sont ni les premiers ni les derniers trophées accrochés au mur des gros connards persuadés de s'en tirer

Que ça soit une bête, d'accord, mais qui met les gamins de mes voisins à l'abri d'une perte neuronale d'automobilistes en overdose de testostérones pour les mecs ou  au cycle menstruel perturbé pour les belettes?  Qui peut m'assurer en crachant un glaviot gros comme lui que ça n'arrivera pas ?
Que sont quelques "dommages collatéraux" quand on a un permis de tuer rose en paluche?!

Depuis hier matin, je suis quasiment non-stop en contact avec la clinique vétérinaire du bout de la rue, parce qu'un ou une empaffée n'a pas été capable de se sortir les doigts du cul pour s'essuyer la matière fécale qu'il avait dans les yeux  en conduisant.
Qu'on ne me serve pas l'excuse d'une journée de boulot harassante, de réflexes amoindris de ce fait, on était un dimanche soir et à part les pèquenauds ayant éclusés leur pak de roteuse devant un match quelconque pour leurs exercices de dé-musculation  hebdomadaire,  quelques bobonnes de retour de leur visite dominicale et diplomatique chez belle-maman ou de jeunes adultes pas remis de leur soirée en boîte de la veille***  les "laborieux" sont plutôt rares le jour du Seigneur 

Alors toi, le chauffard, celui qui ira accuser l'animal d'avoir déboulé sans crier "gare" devant ton pare-choc customisé violet fluo, oubliant la fraction de seconde qu'il a fallu entre l'étincelle neuronale dans le pois-chiche qui te tient lieu de cerveau et le truc à cinq doigt qui t'associe à la branche de l'homo erectus** (quel est le con qui a soutenu que la main à pouce opposable au reste des doigts a marqué l'arrivée de la conscience dans le ciboulot des singes !)

Toi, Môssieur ou Môdame  "j'ai-tout-fait-j'ai-tout-vu" qui jure à qui veut l'entendre que le mot réflexe et maîtrise ont été inventés rien qu'en ton honneur, qui ne ferais pas de mal à une pâquerette, parce que c'est tendance d'aimer la nature et que t'adores tes gamins (trois à cause des alloc.) et ton clebs (poil ras comme tes charentaises, parce que c'est plus facile quand tu nettoies ta moquette à trois brouzoufs cinquante)
!
Toi, le GI-Jo des banlieux, le Rambo des faubourgs, la X-Men des trottoirs, la Wonderwoman des pissotières... si un jour je te tombe sur le dos en pleine action... ton levier de vitesse, j'te l'enfonce là où le soleil n'arrive jamais, ça t'évitera l'occlusion intestinale, ça peut ne te faire que tu bien et moi je prendrais un pied monumental, j'te l'assure...

Ne comptes pas que je passe l'éponge et regarde d'un autre côté, les parasites  ont les traite en fonction de leur nuisance, le tienne est la pire, l'indifférence et l'égoïsme ! Sans compter ta lâcheté de ne pas te renseigner auprès des voisins, le minet était encore vivant ne l'oublie pas ! Ton geste qu'il y ait prescription ou non je m'en bat le coquillard !

Evite simplement de croiser mon chemin si tu tiens à ton intégrité physique, morale et à ta réputation, je me chargerais sinon de te faire passer le goût d'avoir le pied et la pogne engourdis quand t'as avachi ton gros joufflu  sur le couvre-siège en faux cuir slavovitch imprimé "vache normande" et que tu te la pètes parce que "toi" tu as le permis, donc t'es un membre actif de la société J'en arrive presque à être fière de ne pas conduire, c'est un comble non ?!:  

Tiens, pendant qu'on y est, toi, la connasse qui téléphonait quand on était tous trois penchés sur le blessé et qui d'une voix de crécelle exigeait l'euthanasie de ton chat en parfaite santé, juste parce que les gamins le faisaient tourner en bourrique et qu'il réagissait en faisant pipi et caca partout, toi qui osait ça alors qu'on s'accrochait pour sauver celui qui n'avait rien demandé de ce qui lui arrivait, encore heureux que l'appel soit resté anonyme (même si nous en avons tous profité, t'as une grande gueule je confirme),  je me serais bien pointée chez toi  pour fourrer sous ton gros pif ripolinisé le corps en vrac et suintant de notre peluche, histoire de te faire passer le goût de prendre une bête et de la ficher aux ordures quand la mode t'en était passée. Je me serais même permise  de t'envoyer un pain qui t'aurait fait paumer l'ordonnance de ta permanente oxygénée pour ponctuer cette visite de "courtoisie", les baffes ne se perdent jamais chez moi, contrairement à l'adage.

Si on était en état d'aller au cours de taekwondo comme on le fait toujours le mercredi, on se serait défoulées la gamine et moi en pensant tataner toutes les raclures de votre acabit, mais là, j'avoue que les nerfs ont renoncé à me tenir debout, j'suis une vraie lopette et la gamine ce n'est pas mieux... merci aussi de nous avoir fichues dans cet état ducon  (de,la conne n'est pas exclu, je ne suis pas sexiste)!

Désolée pour tous les "humains" les vrais qui lisent, mais comme dit chez Guernouille, je me devais de faire sortir ça avant de "partir en rêve de valse" (en tête à queue, virer bredine si vous préférez) Rassurez-vous, nous surmonterons ça, et bien des personnes ont connu ce cas de figure... Mais dans mon cas, il est inutile, voir fortement déconseillé de tenter de me museler quand ça va péter.

Sur ces... très mauvaises paroles, je vous quitte, et à bientôt dans des circonstances plus sereines.

La dragonne

* la chienne du voisin n'aboie comme ça que pour lui, ça m'a mise la puce à l'oreille
** tant qu'à faire, quitte à être salace, soyons le jusqu'au bout ! Ta terminaison "à toi", c'est pas la main, vu le qualificatif, "erectus", c'est le chipolata qui te fait sentir comme Di Carpaccio dans Titanic, le maître du monde et  les "vermicelles", je ne les apprécie que dans le bouillon de boeuf ou de poule.
*** jouer de la prophylaxie et du concours de dégagement phéromonique pour attirer la blonde ou le blondinet sur leur clic-clac et ce un verre d'alcool à brûler en pogne pour faire son kéké, c'est sur, ça fatigue !



PS: nouvelle de dernière minute, après concertation de toute la tribu, la décision a été prise, le chat est parti dans son sommeil artificiel. Je suis trop crevée pour réajuster l'article en conséquence, vous comprendrez je le sais..

Publié dans Post-its sur le frigo

Commenter cet article

mirzhin 03/11/2008 00:40

mon dieu je suis en larmes... à voir la photo de ce gros bébé en plus! moi qui préfère les animaux aux êtres humains je sais encore plus pourquoi!
milles baisers
Mirz

03/11/2008 07:13


Remet-toi et continue Mirzhin, ne garde que la défiance contre tous les "nuisibles" à deux pattes, l'évènement par lui-même n'est hélas pas si extraordinaire... Bises
et merci pour le soutien


Adûnä Faël 01/11/2008 01:51

Bon oui je sais, j'arrive un peu après la bagarre mais je suis de tout coeur avec toi pour ce pauvre petit chat, et sus à tous ces connards de chauffards !!!
Gros bisous, Adû

03/11/2008 07:20


Comme bibi chez bien des potes, rassure-toi ! Merci pour le mistigri de fistonne, et gardons l'oeil mon Adü


Ghany/Catherine 30/10/2008 22:42

Je vais t'avouer que je n'ai pas la force de lire l'intégralité de l'article, ça me rappelle mes chats qui ne sont pas tous partis de leur mort choisie, et surtout une qui est revenue avec une double fracture du bassin après 3 semaines d'absence.
J'ai lu l'essentiel pour ressentir une haine que je connais. Je sais aussi que la douleur est là, mais que son passage chez vous a été une chance pour ce chat devenu magnifique, et si spécial, dont le début de vie n'était pas choisi non plus.
Je t'embrasse tendrement.

03/11/2008 07:26


Cléo n'a pas pu aussi, quand on a vécu ce genre de chose, ce n'est pas évident de brasser les souvenirs douloureux.
J'ai un défaut horrible, je n'oublie jamais et entretiens ma haine ou ma colère en faisant "acte de mémoire", pour ça aussi, je grillerai en enfer hé, hé.
Merci pour tes mots tout doux... et bécots virtuels ma belle !


Callophrys 30/10/2008 09:49

oh!!! maintenant je comprends!
comme je comprends ta detresse et ta colere! je n'ai jamais eu de chat ecrase (n'ayant jamais eu de chat) mais je connais des personnes dans le cas....et j'imagine si c'etait mes lapines....

Il etait magnifique,votre minou !!! j'ai connu un chat, en vacances,qui se conduisait comme un chien avec nous alors qu'il ne nous connaissait pas....j'aurais voulu le ramener chez moi mais je n'ai pas ose(il n'etait à personne ) j'aurais mieux fait! 1 an plus tard, les chiens de chasse du proprietaire du gite dans lequel nous etions l'ont tue.....
tres gros bisous à toi et à ta fistonne.

03/11/2008 07:35


... Me souviens... quand je bossais chez un véto un temps,  on a eu un lapin (nain) sur le billard, obligation de lui amputer une patte, la gamine de la famille
(piétonne) lui a bousillé celle-ci en jouant un peu trop "vivement" autour de la petite bestiole (mine de rien, si elle ne s'est pas calmée, qu'est-ce que ça a été avec un volant dans les mains
!)
J'ai failli aussi rapporter un chien (énoooorme) que sa maîtresse voulait faire euthanasier parce qu'il fuguait et qu'elle devait déménager (encore une bête en pleine santé qu'on sacrifie !) mais
j'étais avec ma mère adoptive, relativement agée, je n'allait pas lui imposer ça, mais je m'en suis voulue longtemps, ça c'est sur !
Bécots ma belle et merci


caramelle 29/10/2008 14:24

ben mince, je venais toute guillerette te passer le bonjour...et me voilà en larmes...

30/10/2008 07:13


Désolée de t'avoir bouleversée à ce point, mais ce genre de truc, même avec mon style personnel, j'aurai eu du mal à y faire passer de l'humour. Bises Caramelle