Suite de la journée Cathare

Publié le par Sieglind

Bonjour!

Encore un petit week-end bien reposant n'est-ce pas? (Enfin, ça dépend pour qui évidemment!)
A ce que je vois, mes mésaventures religieuses vous font marrer, z'êtes pas charitables! J'aurai pu y laisser des plumes, on sait jamais... les contrats sataniques, si ça se trouve, ça passe aussi par les tifs! (Tiens, j'imagine bien Faust, faisant "mouillette" avec ses trois poils qui se battent en duel!  - Bin oui, je regrette, mais le type, c'est tout de même plus une première main, quand il a sa petite conversation avec le Méphistophélès de service et  vu la mode de l'époque de s'étouffer la tignasse de jour comme de nuit en y posant capeo ou bonnet de nuit, ça étouffe tout de même un peu la richesse capillaire non?)
Pour le reste de ce lundi cathare, j'ai été - un peu - plus sage (un peu seulement).

On sort de l'église de Rennes-le-Château, pour s'apercevoir que c'est pas tout ça, mais il fait un peu "faim" et que nous ne sommes pas passés dans le plan éthéré au point de faire le nez devant des nourritures bien terrestres (salut Ô Commandeur, pour ceux qui connaissent Don Juan hé, hé!). On vise la seule "auberge" qu'on avait repérée (s'il y en a d'autres, qu'on me fasse signe, on a vu que celle face à la villa Bethania).

En aucun cas désir chez moi, d'être médisante et désagréable (enfin, pas trop là non plus) mais, étant donné la superficie et l'âge plus que mémorable des baraques, ils n'ont rien trouvé de mieux que de nous faire un truc en plein vent, style déjeuner sous la tonnelle, qui serait super sympa et très romantique, façon Renoir, si on était à la bonne époque (j'ai pas dit à la Belle époque, quoique...) mais fin avril, avec ce satané vent à décorner les boeufs (qui souffle d'ailleurs souvent dans ces collines) un ciel moutonné noir et un crachin récurent, le côté "Déjeuner sur l'herbe" m'a un peu échappé, je dois dire. On était tous (les deux pelés et trois tondus qui crevaient la dalle au point de se poser là) entassé sous le préau, style... euh, sans style particulier d'ailleurs.... mais avec une vague ressemblance avec ces guinguettes qui fleurissent dans les kermesses diverses (en bois brut de chez décoffrage, les échardes aussi apparentes que les poutres du même nom,  un "micro" comptoir pour signaler que c'était un lieu de restauration et pas une aire de pique-nique en bordure d'autoroute).
M'enfin, faisant fi du cadre, on laissait causer nos bidounets. On commande (hors d'oeuvres au choix pour les filles, saucisses du coin pour dragon) et puis, toujours optimiste la dragonne, on y reviendra aux "beaux jours", si ça se trouve c'est très beau sous un autre éclairage... si ça se trouve...

En attendant l'arrivée du plat luculusien, j'ai toujours un oeil et une oreille qui traîne et devinez de quoi ça parlait à toutes les tables? Gagné! Des fameuses théories sur le trésor!  (derrière nous, à notre droite, une table d'anciennes jeunes filles - très anciennes - avec chacune devant elle une pile conséquente de leurs derniers achats à la librairie du coin et en train de parler Sion, Templiers, Wisigoths... à grand renfort de gestes et d'airs entendu - des "pro" du dimanche quoi)

Les plats arrivent, et on voit dragon renifler et commencer à boulotter mais du bout des ballots. Il fait un sort au premier boyau farci, mais l'autre le laisse sceptique, comme la fosse du même nom. Il appelle le "serveur-patron" pour lui signaler que la "chose" aurait besoin d'un petit tour à la flambée, parce qu'elle "grouine" presque tellement elle est pas cuite (je sais on dit grogne, mais je préfère grouine là!).

Bon, on ne va pas leur casser la baraque, surtout que si c'est la seule du coin, question restauration, on serait pas dans la panade après leur fermeture et tout le monde à droit à l'erreur, m'enfin, quand une cuisinière (la meuf du patron, c'est un truc "familiale" ça se sent) se pointe et discrètement, pas assez d'ailleurs, signale juste devant nous à sa moitié de ne plus prendre commande pour la bidoche et les saucisses, vu qu'il n'y a quasi que ça, avec les crudités et les sandwichs, .. on mettra ça sur le compte d'une saison pas encore amorcée, parce que si c'est le cas, même mi juillet, ça laisse rêveur! Conseil, prévoyez votre goûter les amis!

On presse un tantinet la fin du repas, tout en jetant un oeil sur le truc que j'ai acheté dans le coin aussi (une brochure pas très conséquente - quarante pages c'est suffisant pour mes neurones et il y a plein d'images en plus hé, hé), on ne cause pas Sion, Templiers et Wisigoth (je sais, là aussi, on a fait tâche dans le tableau)  et on repart, direction la bagnole.
Fin du "repérage" à Rennes-le-Château (c'est sur, il faudra qu'on y retourne plus tard, et avec une météo plus sympa, là, on était pas vraiment en immersion dans ce lieu mythique, se pelant un peu le valseur dès qu'on restait dans les courants d'airs).

Suite du programme: Puylaurens et Puyvert (y a pas mal de "Puy-machin-chose dans le coin, vous remarquerez)

Le premier est sympa à voir, pour la grimpette et l'arborétum planté jusqu'à son sommet, (les remparts sont trompeurs par contre, c'est une coquille vide, mais chouette tout de même). On arrive à l'air de stationnement pour trouver deux voitures (on s'est dit qu'avec notre bol légendaire, surtout le mien, on se pointait jour de relâche). On paie les entrées (façon de parler, une entrée, c'est quand il y a une porte et ça fait belle larirette qu'elle s'est faite la malle la lourde!) et on entame l'ascension (plus près de touaaaa... mon dieu..... etc).



-Aparté: évitez de grimper, même avec mon gabarit d'anorexique, en cours de digestion! Je les ai craché mes clous de cercueils, j'peux vous assurer! Mais il faut dire que faisant trois pas alors que les autres en font un, j'ai des excuses et quand ils lèvent juste la quille pour monter la "marche" et que moi, c'est quasi le grand écart... il faut être lucide, je peine plus!

Par contre, là-haut, c'est moi la "chef"! Les autres, surtout fistonne, craignent les trucs dans l'ombre, les fossés les tours sans escaliers, mais pas bibi, là je me la pète! Il y avait même ça:




Et j'ai dû faire la photo pour fistonne, parce qu'elle ne voulait même pas approcher du truc, de peur d'y être entraînée par la "créature" on ne sait jamais (courageuse, mais pas téméraire la gamine! Et puis, chez elle la touuuuute chitite pancarte "danger" incluait dans sa mise en garde une bonne dizaine de mètres tout autour du "gouffre" hé, hé)
On fait le tour du propriétaire, pas évident de se faire une idée avec le plan succint donné (on voit bien des trous dans la cour, là où s'appuyaient les bâtiments en bois, mais il faut faire vraiment un sacré travail d'imagination pour "visualiser" le lieu à l'époque (et habité).
On redescend parce que le temps, ça donne l'image en dessous, donc... pas bon signe hein? (surtout pour l'état de nos fringues non-imperméables - je sais, on est des courges, on avait pas prévu que le temps ne serait pas de notre bord)



La fin de cette journée sera la visite de Puivert, mais ça, vu la longueur de cet article, j'ai préféré laisser pour la prochaine fois, sinon, je ne pourrais pas mettre de clichés en plus, ça va faire trop!

Bonne journée à tous et à plus
La dragonne

Commenter cet article

Briesing 16/05/2006 13:27

Coucou, bonne journée !

Sieglind 17/05/2006 10:18

Bises Briesing et pardon pour retard, encore une fois.

cat ... 13/05/2006 20:21

j\\\\\\\\\\\\\\\'suis morte de rire ... le restau
ça m\\\\\\\\\\\\\\\'rappelle, l\\\\\\\\\\\\\\\'été dernier en plein mois d\\\\\\\\\\\\\\\'aout, donc à priori touristique, direction illier sur combray à la rencontre de la maison de tante leony ... un restau d\\\\\\\\\\\\\\\'ouvert dans le patelin, pourtant y\\\\\\\\\\\\\\\'a quand ud proust à visiter sans compter l\\\\\\\\\\\\\\\'église le lavoir, le pré calan la maison de sieur swan et patati patata, enfin, dix clients le truc était plein, j\\\\\\\\\\\\\\\'crois qu\\\\\\\\\\\\\\\'on a tellement attendu que quand elle a dit, vous prendrez bien un dessert ben nan, parce que vu le temps que le reste à mis a venir, on voudrait vien visiter le chateau de chateaudun avant la saint glinglin ... donc comme pour vous, la prochaine, on prévoit le pique nique ... lol lol
bisous
 

Sieglind 14/05/2006 10:35

Je ne suis donc pas la seule à souffrir des pauses restaurations hé,hé! Bises et bonne journée Cat (t'imagines si j'avais été dans les lieux avec toi, ça, ça aurait été festif!)

ADUNAPHEL 12/05/2006 20:09

Salut à toi Sieglind!!! Voilà je reprends du service pour suivre ton périple magistral  qui j'avoue me fait bien marrer, sans doute parce que ça me rappele quelques souvenirs d'escapades bien délire, hé hé hé!!!
Je m'en vais lire la suite direct...

Maja 12/05/2006 05:18

Salut Dragonne !La photo de l'orage qui se pointe est vraiment bien prise. Ça fait un peu peur quand même, l'orage sombre et le trou, le trou et l'orage sombre... un pas de travers et hop dans le néant ;-)Mais il n'était pas possible d'entrer là-dedans, pour voir ainsi son contenu, moi quand je vois un trou, il faut toujours que je regarde dedans au cas où... peut-être le trésor.... En tout cas, j'aurais aimé visiter ce lieu, il m'a l'air insolite et très mystérieux. Plein d'histoire... c'est incroyable de penser que des gens ont vécu là. Bonne journée !Grosses bisesMaja.

Sieglind 12/05/2006 09:25

Tous ces châteaux de toute façon ont un sacré passé, plein de bagarre de massacres, de lutte de pouvoir etc... tout est à visiter.Bises Maja

sugi 12/05/2006 00:00

Un coucou avant de faire dodo!Oui je sais il est tard mais j\\\'étais dans ma lecture...hihi et bon j\\\'ai pas vu l'heure passé mais la je fatigue plus moyen de garder les yeux ouvert!Rhooo quand je lis j\\\'ai toujour du mal à fermer le livre ... bon ben je vais dodoterBizzzzzzz et bonne journée à l\\\'avancesugi la fourmiz pas raisonable du tout

Sieglind 12/05/2006 09:23

J'espère que tu as bien dormi ma fourmi! Pour ce qui est de la lecture, quand je m'y mets aussi, ça peut aller loin hé, hé.