Aventures dans un trou

Publié le par Sieglind

Bonjour!

Comme déjà annoncé, là, vous avez droit aux dernières photos ayant leur permis de séjour en règle sur OB, pour le reste, on verra par le compte de mon serveur favori (free, pour ne pas le citer, compte "aimablement" ouvert par fiston - on ne tiendra pas compte des grognements inaudibles et des "pfff!!" "accompagnatoires... c'est dans l'image du bestiau, on a toujours l'impression de lui ôter une vertèbre sans anesthésie quand on lui demande quelque chose, mais les possesseurs de ce genre d'animal, pré et post-pubère savent de quoi je cause n'est-ce pas? A vingt-deux ans, il est toujours en phase ado... il a dû bloquer à cette époque pas possible! Mais j't'adore fiston, pas d'embrouille hein?)

Donc, quelques clichés et surtout l'anecdote accompagnatoire (les mots en "oire" j'aime bien, j'en invente d'ailleurs, vous avez remarqué?)


Une "kiva", sorte de lieu de culte où les membres des Anasasi  se réunissaient pour leur rituel. Les Anasasi sont les ancêtres des Hopi, Navajos et tribus locales, baptisés ainsi par eux d'ailleurs, disparus presque du jour au lendemain... Métissage? Evangélisation trop assidue des espingouins à la Conquista? Maladies gracieusement importées du vieux continent? Chute du même météore qui aurait causé la perte des dinosaures?... Tout est envisageable, sauf la mal-bouffe, Ronald n'était même pas encore une étincelle dans l'oeil lubrique de son aïeul, et la boisson à goût de médoc qui donne des rototos et cuit un bout de bidoche trempé dedans tenait de l'anticipation pure et simple)

Cette kiva donc (aucun mal à mémoriser ce nom, j'ai pensé "cave" aussitôt, étant donné qu'on y descend par une échelle et que ça tient pas mal du cellier) cette kiva donc, se situe à Mesa Verde, mais il y en a une multitude dans tous les villages Anasasi qu'on peut rencontrer. Je vous ferai un topo, peut-être un jour, à moins que ça soit déjà prévu par dragon lorsqu'il va faire son album, on verra. En tout cas, la pierre qu'on voit devant l'espèce de trou grillagé, c'est un coupe-vent, pour casser le courant-d'air qui passe par ce trou de cheminée creusé jusqu'à la surface et qui permet ainsi de donner à ce courant d'air un mouvement circulaire autour de la pièce, pour bien renouveller l'atmosphère partout dans le lieu (pas bêtes ces primitifs hein?)

Ce qu'il faut savoir c'est que tous ces villages sont quasi troglodytes... enfin, pour être précise, construit dans des "alcoves", failles des falaises dans les canyons et de préférence en hauteur, pour éviter les crues de printemps et des orages d'hiver, parce qu'au fond, le mince filet qui coule, ça peut prendre de sacrées proportions, et sans prévenir (à Antelope, celle qu'on a faite en descendant dans la faille, il y a eu même une expédition française qui a payé le prix fort pour son inconscience, tous morts, emportés par la flotte et coincés dans ces goulots d'étranglement. Donc, conseil, suivre toujours les infos météo et surtout celles des guides navajos, ils savent de quoi ils causent épiant le ciel depuis des lustres!

Bon, après ce topo historico-éthnologico-accéléré, on passe à l'anecdote (je parie que ça, vous allez mieux le mémoriser... sais pas pourquoi...)

Donc, en ce beau jour de juin, nous voilà, dragon, dragonne et le reste du groupe menés par une rangers (tenue beige et kaki, chapeau style brousse visé sur la caboche, ceinture garnie style couteau suisse, ils peuvent être lâchés dans la nature, je parie qu'ils ont tout sur eux pour survivre, même et surtout le décapsuleur) ; rangers qui nous explique (enfin aux anglicistes, moi, j'attendais la traduction en quasi-simultané de dragon, même si j'arrivais à la longue à piger le sens général, étant donné qu'ils n'inventent pas continuellement des mots, comme bibi) la topographie, l'agencement du lieu et nous invite à "visiter" en descendant une kiva. Pas trop d'amateurs, à part les gamins, toujours prêts à fouiner dès que c'est pas très accessible, deux ou trois "adultes" aimant les prises de risque et... dragonne évidemment (neuronalement en régression pré-pubère elle aussi)

Point n'est besoin de vous dire, que dès que j'ai pigé que j'avais quartier libre, je me suis engouffrée dans la mince ouverture d'accès (à peine une petite soixantaine de centimètres de côté la "trappe", même moins si ça se trouve, j'avais pas mon mètre-enrouleur sur moi, désolée!) et ai commencé allègrement à descendre les barreaux de l'échelle plus que rustique (pour faire couleur locale certainement, l'échelle en alu, ça aurait trop détonné dans l'ensemble). Dragon a préféré attendre, assis sur le muret ("un trou avec une échelle, quel intérêt?")

Arrivée en bas, surprise! Le lieu est déjà occupé par une môme (normal) et sa génitrice en surcharge pondérale évidente à l'oeil nu (normal aussi, pour le gabarit moyen amerloquien).
La môman me montre son appareil (chouette, c'est le jumeau du mien!) et à grand renfort de gestes "moulin-à-ventesques" essaie d'exprimer, sinon ses états d'âme (on va pas philosopher au fond d'un trou, surtout avec une parfaite inconnue, étrangère de surcroît) du moins son désir de fixer sur la carte mémoire (la pellicule, c'est quasi obsolète maintenant hein?) ce grand moment.
Là, évidemment, vu mon incompétence linguistique, j'avais rien pigé et comme elle me montrait d'une manière quasi virulente du doigt, j'ai cru qu'elle voulait mon portrait, pour montrer aux foules ébahies, un spécimen rarissime: une dragonne hypo-développée et les tifs en bataille. J'ai décliné par des signes latéraux du chef et elle a eu l'air déçu mais a lancé ce que je suppose être l'équivalent du "tant pis" françouze.

Et là, ça a fait "chtonk"!! C'est pas bibi qu'elle voulait prendre mais que bibi la prenne "elle" au fond de sa tanière, l'ourse à collier (elle en avait un d'une taille tellement maouss, que si elle tombait dans la flotte, elle était sure de couler à pic!)!
On pause tout est on recommence! Je lui fais signe que j'ai enfin pigé, mais que, contrairement à elle j'aimerai bien qu'elle ôte son flash (j'aime pas trop l'utiliser, la preuve ça rend bien le cliché et c'est sans le flashouilleur alors...) Au regard de mes "productions" personnelles, elle abonde dans mon sens et me retend l'appareil.  Je vous épargne les photos successives: elle, sa fille, elle et sa fille, sa fille et elle, son mec (descendu pour la circonstance) sa fille et elle etc... j'ai bien utilisé vingt clichés pour eux trois, ou alors, ils voulaient être surs que j'en réussisse au moins un.. allez savoir!

Et le grand moment arrive! La remontée par le sas de décompression!
Le type était déjà reparti depuis belle larirette tenir compagnie à dragon sur son muret et la môme, lasse d'avoir escaladé les petites niches autour du lieu, l'a suivi assez rapidement.
La mère, encore sous le charme du lieu certainement, avait du mal à le quitter (mais, je suppose qu'elle attendait que je remonte la première, ayant ainsi plus de liberté pour commencer cette ascension sans une nana en train de lui fixer le postérieur qu'elle savait être des plus impressionnants pour les âmes sensibles) Voyant que je ne faisais pas mine de bouger, elle entreprit la remontée.

Moi, je continuais à observer autour de moi, l'architecture, l'agencement des blocs, le sol et un bizarre trou au milieu ("l'âme" du lieu, selon les dire de certains guides) quand... tout à coup, je me retrouve dans l'obscurité la plus complète! Avant, c'était chiche mais on arrivait à distinguer l'ensemble, là, d'un coup, plus rien! Aurait-on posé une trappe entre-temps pour capturer votre servante? Et des drôles de grognements se font entendre au-dessus de mon chef. La dodue génitrice a l'air d'éprouver certaines difficultés à s'extraire de l'orifice et met ça sur le compte de son sac (il a bon dos d'ailleurs ce sac... à dos!)
N'écoutant que ma grandeur d'âme doublée d'une bonne dose de témérité (elle pourrait me retomber dessus la dodue!) je suis à deux doigts de lui imposer les mains sur sa partie charnue et de pousser de toutes mes forces. Pas que je sois claustro, mais j'ai peur qu'en plus de la lumière, elle me bouffe le peu d'oxygène qui reste au fond du trou!

Heureusement un bras masculin et marital l'aide à s'extraire du lieu et je peux à nouveau revoir la lumière diurne! En remontant je vois dragon, un sourire bizarre au coin des lèvres... Je m'avance et il me lance:
"Bin dis-donc, t'en as mis tu temps!! C'était si intéressant que ça le "trou"? J'ai cru que tu rapportais  des provisions du garde-manger en-dessous quand j'ai vu le "truc" rosâtre émerger , on aurait dit deux énormes saumons morts... mais c'était les bras d'une nana! Alors... heureuse?!"

Et là, c'est parti! Roulée presque en boule tellement je me tenais les côtes, j'ai eu du mal à lui narrer l'autre face de cette aventure, qui lui avait échappé, ma vision personnelle de la saumone dans son trou sans eau!
Le reste de la visite, c'était presque la fin en plus, s'est effectué dans un calme plus que relatif, étant donné qu'on rusait pour ne pas se retrouver au même niveau que la nana et sa famille, parce qu'on était surs qu'on ne pourrait pas se retenir et que ça pourrait être très mal pris.

Le pire c'est que de son côté la meuf tâchait de nous "appâter" à grands renforts de signes amicaux (pour une fois qu'elle avait l'impression de n'être pas qu'avec de purs inconnus, bin voui, ça rapproche une telle aventure hé, hé)

Voilà mes aventures anasisiennes dans une kiva et on va économiser les clichés hein? On verra la suite une prochaine fois (en plus, si ça tient la même longueur, ma version personnelle de la "légende de la photo" ça risque de faire un peu beaucoup non?)

Allez, je file et vous souhaite un bon week-end... au frais s'pas?
La dragonne
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

plumette 28/07/2006 08:53

Il est magnifique ton trou et la photo encore plus, quant aux commentaires extra comme d'habitude.
Cela ferait une belle tanière pour une dragonne, t'aurais dû la louer pour les week-end (mdr)
Gros bisous

Sieglind 29/07/2006 09:56

Bin oui, mais fallait l'avis de dragon et sans lumière, je ne sais pas s'il aurait été si "chaud" pour la location hé, hé.Bises Plumette

KANT 25/07/2006 18:14

Finalement l'Amérique c'est rudement chouette sans les américains!
;o)

Sieglind 25/07/2006 20:15

Comme beaucoup d'autres pays hé, hé, au dire de certains! Bises Kant

:0091: 25/07/2006 07:42

nous n'avions pas de connexion à partir de 11 H....wanadoo est devenu orange ... changement de paramètres...mais il fallait  tél pour se renseigner....ils prennent les gens pour des .............!!! Cela ira mieux demain.....

Roanne 24/07/2006 23:26

Et bien ma Dragonne, quelle délicieuse tartine mdrrrr.Ca fait trop de bien de terminer la soirée par une visite chez toi ! Tes élucubrations post-atlantiques (comme les saumons mdrrr) sont vraiment tordantes.Au fait, merci pour ton dernier com. Ca fait un bien fou, surtout qu'en ce moment j'ai bien du mal à écrire ;). Je te rassure, Roanne garde bien pour elle le soufflet qu'elle s'est mangé avec Art, comme tu l'avais déjà souligné, y a des moments où il faut savoir conserver un minimum de dignité. Et tu imagines la tête du frangin si elle lui crachait le morceau ? ça ferait désordre.Au fait, pour ton fils, à 22 ans il y a bien longtemps qu'il n'est plus ado ^_^ S'il rechigne, c'est juste qu'il veut avoir la paix. Pourquoi je dis ça ? bah parce que mon Wik est tout pareil, et il a quand même sérieusement entamé le cap de la trentaine, donc ce n'est plus un problème de crise post pubère. Juste du caractère ;). Faut faire avec :)) (et dans ce cas, mieux vaut être la petite amie que la mater mdrrrr)Bises !

Sieglind 25/07/2006 20:17

Tu as du mal? Bin mon colon, qu'est-ce que ça serait si t'étais inspirée hé, hé! Moi, je trouve ton boulot très bon, détaillé, précis et qui ne perd jamais le fil (j'en connais une qui serait toujours en train de relire les pages précédentes pour savoir où elle en est hé, hé.Bises RoannePS: si c'est le caractère, je vais déléguer à la future copine (faut déjà lui en ficher une dans les pognes hé, hé)

honorius 24/07/2006 20:05

Bonne soirée et gros bisous du vieux sorcier

Sieglind 24/07/2006 21:10

Bises avec du retard, mais c'était indépendant de ma volonté. Visite chez doc et internet en rade, tout pour plaire aujourd'hui!Bonne soirée Honorius