OTELLO - Acte III -

Publié le par Sieglind

Bonjour!

Comme j'ai un peu de courage ce matin, j'en profite pour balancer une petite suite à l'opéra, parce que je me connais, la fin de semaine approchant, ça va me passer à la vitesse grand V ça (surtout qu'on a décidé de sortir ce soir... au regard de certains articles à ce sujet, les lendemains "festifs" chez moi sont très peu productifs, et encore j'suis modeste!) Allez, on y retourne!



OTELLO - Acte III -

Le lieu: toujours Chypre ; d'accord les personnages sont un peu déglingués mais pas au point de ne plus savoir où ils habitent et même si le héros "déménage", ça n'engage que ses neurones. Après le pavillon vitré, on passe au salon version prout-prout, c'est à dire une salle immense, pleine de colonnes avec un balcon au fond, le genre de lieu aux proportions "intimes" qui obligent à goualler comme un veau pour demander qu'on te passe le sel, et encore avec l'écho, t'en es au Flamby que le chlorure t'arrive enfin

Les personnages: un hérault (tiens, comme celui de Lohengrin, il est partout ce mec!), Otello, Iago, Desdémone ça, jusqu'à la scène cinq où Cassio arrive avec sa goule enfarinée (il y a neuf scène à cet acte... on verra selon la longueur si je balance tout) pour le reste de l'acte on aura certainement un ambassadeur vénitien,Emilia, la femme de Iago, le peuple cypriote, gardes et soldatesque courante pour faire bonne mesure.

Au lever de rideau, le hérault entre en hulullant:
" Patron, le you-you de l'ambassadeur de Venise est en approche des côtes.
- mon c. qui se débouche! (faut dire qu'Otello est en grande conversation avec Iago, ça perturbe!) Allez continue mec!
- Je me pointe avec Cassio, j'essaie de lui tirer les vers du nez, pendant c'temps là, vous matez ses réactions et on sera fixé, par contre v'là votre musaraigne alors faites semblant de rien... mais n'oubliez pas le tire-jus!
- ça fait quarante douze fois que tu me le serines, ça risque pas!"

Desdémone entre:
"Salut Lolo ça fart?
- Mouai... si on veut...
- J'voudrais pas avoir l'air d'insister (et pourtant qu'est-ce qu'elle fait la blonde?) mais faut vraiment que je te cause de Cassio.
- J'ai encore un de ces mal de tronche! T'as pas ton mouchoir?
- Tiens mais faut pas que ça devienne une habitude (surtout qu'en principe les Otello, à part de rares exceptions sont joués par des blancs maquillés, vous imaginez le mouchoir après le tamponnage de margoulette? Et surtout les grandes taches "propres" sur la trogne des chanteurs, façon camouflage à la Rambo)
- Mais ça, c'est celui des télétubies, ça ne marche qu'avec les bisounours le truc magique... où tu l'as mis?
- Alors là...
- Gaffe, ça craint! C'est quasiment un grigri ce fazzoletto (mouchoir en VO)Tu le perds ou le donnes, pire que les sept ans de malheur avec une glace pétée ça!*
- Sans déc.?
- T'as l'air de flipper ta race... tu l'as paumé...
- Euh... non! (convaincante, y a pas à dire!)
- File le chercher alors.
- Y'a pas le feu au lac! Tout ça, c'est juste pour éviter d'aborder le cas de l'ex-capitaine."

Qu'est-ce qu'elle n'a pas dit! Le Maure commence à tourner en boucle en baragouinant "mouchoir" à chacun des mots de sa copine (style le fameux "calgon" des Nuls à une époque, pour les initiés) et finit en la secouant pour lui décoller la pulpe du fond:
"qui t'es toi madame?" (ça devient grave là!)
- Bin ta meuf!
- T'as un papier qui le prouve, tu peux le cracher-jurer? Tu serais pas une "Marie-couche-toi là alors"?"

L'autre commence à s'inquiéter sérieusement, surtout qu'il lui demande si elle est "chaste" (otez-moi d'un doute... ils sont "mari et femme"... alors de ce côté, vaudrait mieux qu'elle ne le soit pas non? Ou alors z'ont de drôles de moeurs à Chypre). Et vu que ça devient tellement électrique qu'il y a risque de cours-jus, Otello préfère raccompagner la minette à la porte, il est à deux doigts de craquer, c'est pas bon pour son image de héros bafoué et vengeresque et puis il a un Cassio sur le feu...
Iago lui signale qu'il approche d'ailleurs et qu'il ferait bien d'aller se planquer, c'est à son tour de jouer au "ni oui ni non" avec le type. Otello se camoufle au fond, à l'entrée du balcon, pendant que Iago part à l'opposé accueillir un Cassio plus que réticent à entrer (étant donné qu'il ne sait pas comment a marché l'intervention desdémonienne... tous les doutes sont permis quant à la chaleur de l'accueil qu'on lui réserve)
"Amène ta fraise beau galonné!
- Ex! L'oublie pas!
- Pfff! C'est quasiment réglé cette histoire! Avec Desdémone dans la manche...
- Bin justement je pensais bien la trouver là... - (Otello tique, évidemment) -
- Et si on causait oie blanche! (le p'tit nom de l'ex de Cassio, bin oui, il avait une copine avant tout ce méli-mélo, c'est Bianca, d'où l'association évidente)
- Me fais pas marrer! Tu retardes d'une rame mon pov'vieux, ça fait belle lurette que c'est finit!
- Mais t'as d'autres "visées" non?
- T'es un malin toi... bien sur que j'ai un numéro de libre sur mon répondeur! - (malin le Iago, il s'arrange pour qu'Otello y lise mentalement celui du portable de sa copine en restant dans le flou artistique, un jaloux, ça met vite des noms sur des portraits anonymes) - petit problème, elle la joue mystérieuse la donzelle..."

Là, les deux faux copains s'éloignent d'Otello en chuchotant et celui-ci à beau tendre le cou en se rapprochant, style le loup des dessins animés qui se planque derrière les poteaux filiformes (et ça fonctionne dans les cartoons, il disparait vraiment, essayez d'en faire autant, y a toujours un bout de bide ou de pif qui dépasse, mais là, rien!) pas évident de tout piger. Il chope des bribes de la conversation où cassio explique à Iago qu'une nana a laissé un cadeau chez lui, un mouchoir, qu'il exhibe même avec une certaine fierté sous le pif de celui-ci:
"T'as vu? C'est tout de même vachement intime comme cadeau non?
-Gaffe mec! Tu te laisses embobiner par un mouchoir qu'est-ce que ça serait si c'était une petite culotte!"
Otello est en train d'attaquer les colonnes à coups de poings et de tatanes pour se calmer (il l'a sa preuve, même si c'est une fausse pièce à conviction!) pendant que Iago jubile intérieurement tout en faisant semblant de dire à l'ex-capitaine de rester prudent et même sceptique s'il ne veut pas finir dans la fosse du même nom (même si ça s'écrit pas pareil hé, hé).

Le jeu se calme (enfin du côté des deux compères, parce que pour Otello, à part lui enlever les piles, je vois pas comment faire) et Iago signale que le canon vient de... canonner pour annoncer l'arrivée de l'ambassadeur. Cassio se tire et Otello surgit comme un diable hors de son cube pour se précipiter vers Iago:
" C'est dit: J'lui fais sa fête à c'te "mijotée" ce soir! (mijotée, c'est ce que je disais gamine, j'avais du mal avec mijaurée, là encore pas de ma faute!)
- là, z'êtes témoin, il a rigolé et m'a agité le kleenex sous le nez!
- J'suis pas Juan (Miro, je sais, moyen là aussi le jeu de mot). Faut juste que je me dégote vite fait une tisane de onze heure!
- Du poison? Trop classique! Je la vois mieux bouffer son oreiller moi, étant donné que c'est tout de même dans son plumard que ça s'est fait c'te tour de cochon!
- Pas mal!... T'es un créatif toi!
- Je m'occupe de Cassio!
- D'office j'te fais lieutenant!
- Allez présenter les p'tits fours à l'ambassadeur, je préviens votre belette qu'elle nous rejoigne, faut que rien ne transpire hein?"
Iago sort et Otello se refait une beauté pour accueillir l'envoyé du Conseil.

Ici, scène de liesse, propice aux choeurs verdiens. Tout ce beau monde se congratule en se tapant dans le dos. Et l'ambassadeur, à mille lieues de savoir ce qui se trame en coulisse, salue Desdémone revenue sur scène. L'intéressée reste polie, mais on voit bien qu'un truc la chiffonne (comme le mouchoir) et Emilia, la meuf de Iago, lui demande si il n'aurait pas un truc au dîner qui ne serait pas passé. Elle lui répond juste que son mec n'a pas l'air de tourner très rond, et que ça ne présage rien de bon pour sa santé à elle.. mais quoi? Elle n'en sait fichtre rien (entre parenthèse, avec toutes les questions bien orientées de son mec, j'irai tout de même pas chercher du côté d'une chemise mal repassée, m'enfin... elle est blonde!)

L'ambassadeur demande où se planque le capitaine Cassio et Iago lui déballe que son chef est un peu en froid avec lui, Desdémone, qui se mêle à la conversation, ajoute que ça devrait se régler rapidement c't'embrouille, ce à quoi Otello, mine de rien, lui demande ce qu'elle peut bien en savoir, tout en feignant de lire (à l'envers) Fripounet. Comme elle insiste (lourdement?) en disant qu'elle l'a à la bonne Cassio, le Maure claque l'illustré en lui demandant de fermer son claque-museau si elle ne veut pas qu'il lui en retourne une (joignant le geste  à la parole)
L'ambassadeur a juste le temps d'arrêter le geste (dans "ma" mise en scène, c'est lui qui reçoit le bourre-pif, comme dans les films "tartes-à-la-crème") et Otello couine qu'il veut voir Cassio tout de suite là, au pied! Les nobles se demandent bien ce qui leur prend à tous, mais Iago joue les Bernardo manchot, c'est pas lui qui mouftera quoi que ce soit à ce sujet!

Cassio entre enfin Et là, coup de théâtre! Otello annonce:
"Les potes, j'ai reçu un fax de Venise, affaire urgente à régler, donc, je laisse les clés à Cassio qu'il fasse tourner la boutique pendant mon absence!
- Bin euh... merci chef (il pige plus, nous non plus, à part le fait que ça sente un plan style "je-fais-semblant-de-sortir-mais...")
- Et momone, t'as la larme facile, t'es douée, tu devrais d'inscrire dans une troupe théâtrale, on y croirait presque! Manque un truc... tu devrais t'affaler par terre et chouiner!"
Il chope la fille et la fiche par terre sans ménagement. Tout le monde reste sur le valseur (enfin virtuellement, il n'y a que la blonde qui soit cul par dessus tête). On la relève tant bien que mal,on s'indigne, on commente, comme il se doit, pour dégager la place assez vite, ça sent l'ozone, vaut mieux aller cloper dehors.
Ne restent qu'Otello et Iago (sur fond sonore cypriote au dehors) Otello nous a ses bouffées et tombe carrément dans les pommes d'énervement alors que Iago jubile en lançant que "le lion est à terre" (il se croit dans un safari kénian ou quoi?)

Fin de l'acte!

Je sais, c'est long, mais je n'ai pas vu où couper encore une fois. Donc, vous aurez bien le week-end (ou plus) pour vous en remettre. Et moi également d'ailleurs, parce qu'il faut vous dire qu'en dehors de l'article... une sortie "moulin-à-ventesque" ... vous me connaissez, ça risque d'avoir une influence certaine sur mes moyens physiques et neuronales! Alors bonne lecture (faites-en des p'tites tranches... ça passera mieux) et surtout bon week-end à tous.

La dragonne

* Tiens... au fait, les fameuses sept années de malheur pour un miroir brisé, il paraîtrait que c'est le temps qu'il fallait à un pékin à l'époque pour s'en offrir un autre, vu le prix qu'il fallait allonger. Pas des bourdes, vérifiez si vous ne me croyez pas!

Publié dans Verdi

Commenter cet article

zordar 24/10/2006 12:16

Sacré Othello qui fait son bug !

Sieglind 24/10/2006 18:44

Un peu instable le coco hein? Bises Zordar

Lady Angel 18/10/2006 22:38

Ma super dragonne, Faut vraiment que je prenne, que je trouve surtout le temps de venir lire toutes ces truculences. M'en veux pas mais c'est la course là et bon...confuse la miss mais je tenais à passer faire ce ptit coucou entre deux plumes cause big dodo en perspective! héhé Gros bisous la belle Lady:)

Sieglind 19/10/2006 08:26

Mais te biles pas!!! Fais ce que tu veux et quand tu veux ma lady!! Un comble si c'était une obligation de lire mes pavés, on y vient si on en a envie ma belle!Bises et repose-toi bien

isis 18/10/2006 09:41

ça tombe bien !! j'avais une "grande" pose au boulot !! tout lu !!! yeesss !!!
j'adore toujours autant !!
bonne journée Dragonne !

Sieglind 18/10/2006 11:34

Merci Isis. Gros bisous pour le compliment.

:0091: 18/10/2006 07:40

je pointe......@ +

Sieglind 18/10/2006 11:33

Jamais en retard toi! Bises Simone

Lady Domi (en free style) 18/10/2006 05:49

Bah finalement j'arrête pas, je réduis. C'est déjà ça.Parce que là, c'était vraiment, mais alors vraiment pas la bonne semaine !J'aime bien «mijotée», moi. J'adopte.Bises Dragonne -- soufflée pour le gâble !

Sieglind 18/10/2006 11:33

T'adopte mes bourdes de môme? T'as des épaules dis-donc! Bises et  à plus alors...(pour le gâble, j'te dis c'est des restes hé, hé)