Compte-rendu de visite-éclair.

Publié le par Sieglind

Bonsoir tout le monde !

Bon, reprenons nos post-its du soir... :
- Faire manger la tribu (réduite à trois, vu que dragon est en déplacement pour une semaine à l'étranger) : ... fait ! Menu : nouilles  bolognaises... fabrication maison  ; Lustucuites en 3 minutes chrono avec restes d'entrecôte moulinée...(à la moulinette à persil, je sais, je cherche la difficulté, mais le robot a rendu l'âme ça fait belle lurette et j'ai la flemme d'en racheter un et puis ça m'agace de sortir CXP3 juste pour ça à chaque fois, pas vous ?)
- Sortir la poubelle : fait !(rectification, chargé fiston de le faire... elle pèse un peu, vu mes biceps en flamby)
- Hisser le pont-levis (en gros fermer les volets, mais j'adore la jouer à la médiévaleuse) : fait avec même une tentative d'un volet rétif pour me sectionner un doigt, mais j'l'ai vu venir ce sournois, on me la fait pas !
- Donner de mes nouvelles à ceux qui me croient tombée dans une fosse d'orchestre depuis trois jours : en train !

Le reste de la liste est illisible... j'écris comme un docteur, j'ai du mal à me relire parfois. Alors on passe aux nouvelles du front.

Bon, certains ont vu dans les commentaires que mon enthousiasme était relativement tiédasse après cette visite..

Explication mais pas condamnation sans appel : Une manifestation toute jeunette, ça a besoin de mûrir, ça aussi ! Chouette initiative, certes, mais pour ceux qui n'ont jamais mis les pieds à l'opéra. Et quand je dis mettre les pieds, c'est bien ça ; entrer dans le sacro-saint !

Donc, vendredi, en début d'après-midi, on se pointe avec fistonne devant le Capitole où on s'était donné rendez-vous avec son doux et tendre. Evidemment, pas de p'tit copain à l'horizon et on a dû sortir, sinon la balise argos ou la poêle à frire chère aux inventeurs de trésors, du moins l'indispensable portable (enfin pour fistonne) pour le localiser. Ubuesque  ce genre de situation : "T'es où ? - là ! - Mais encore...." je nous voyais déjà lancer une fusée de détresse ; autant indiquer au gamin que la mère de sa dulcinée la jouait pétard avec un pull rouge assorti à ses tifs (plus pétard, je regrette, ça n'existe pas !) et des pantacourts rayés à la Maya l'abeille sur des rangers (j'avais prévu le coup, autant détonner pour servir de balise).
Et bin voilàààà, suffisait de le dire ! Il nous a repérées tout de suite au milieu des gens un peu "empesés" dirais-je.

On entre, et là, la folie ! Une foule énorme digne d'une journée solde à plus de soixante-dix pour cent dans les grands magasins ! Pourquoi faire marcher ses ripatons, autant se laisser porter par la masse. Déjà, j'ai mes vapeurs et fistonne manque d'air. Une chaleur à crever avec tout ce monde et les quelques fenêtres donnant sur la place suffisent à peine à nous éviter de virer dans les cageots de pommes.
En bas, face à la billetterie, une estrade avec en exposition quelques accessoires, comme des moulages servant à fabriquer les décors (ici, deux bras énormes, que j'ai évidemment associé, même si c'est faux, à notre cher Commandeur, c'était tout frais dans ma mémoire, ça joue) et des pigments... J'ai pu jeter un oeil, comme au reste de l'exposition en profitant d'un espace entre deux badauds, visibilité : rillettes sous les bras (vu ma taille). Et dans le coin gauche, avant l'escalier, un portant avec des costumes genre matadors et danseuses de séguedille (et une cigarière une !)  Bon... c'est beau... allez on s'casse là-haut !

A l'étage, après être passés devant quelques malheureux instruments de l'orchestre mis au piquet derrière une barrière de corde, on pouvait voir (quand on sautait assez haut ou qu'on avait le coude dans les côtes facile) quelques petites vitrines avec les décors de certains opéras donnés au Capitole... Le couronnement de Poppée, les Maîtres-Chanteurs...(c'est vrai que j'avais bien aimé celui-ci, très classique, mais sympa) et quelques autres. Au milieu... un trône (pas les chiottes vous plantez pas !) avec négligemment posé dessus, un traîne-sauce genre roi soleil en fausse hermine, la couronne et tout le tintouin pour se la péter roi du monde.
Dans toutes les pièces accessibles, on retrouvait perruques et costumes, histoire de faire rêver le pékin moyen sur le fait de prendre le métro en kimono-Butterfly ou tutu-Giselle. Quand j'arrivais à apercevoir un costard, ou une moumoute, je jouais avec moi-même au jeu : "à qui... et dans quoi " (assez fière de moi sur le coup, pas trop à côté de la plaque quand j'allais vérifier sur la petite étiquette explicative).
Au milieu de la galerie principale, un... Steinway (non... j'y crois pas !) Sauf que le pauvre avait connu des jours meilleurs et il valait mieux ! Vous imaginez ce bijou, dans toute sa splendeur originelle au milieu des gens qui se bousculent et s'appuient sur lui (quand ils ne s'écrasent pas dessus dans la bousculade) avec le petit dernier, la goutte au nez,  tapant de la pogne fermée "au clair de la lune" comme s'il sonnait les cloches de l'Angelus ? Mais ça m'étonnait aussi, de ne pas voir un cordon de sécurité avec une pancarte "pas touche sinon on tire !"


En bref, nous avions accès au Hall et aux deux foyers mais la salle elle même n'était ouverte que deux heures. Quel tableau,  la foule se précipitant pour s'esbaudir sur les strapontins et les dorures... Je leur ai laissé ce plaisir, les strapontins je connais, j'en ai même fait céder certains, si vous vous souvenez.
Le reste du temps, si vous aviez la patience d'attendre que la matronne devant vous ait fini de tenir la jambe à une pauvre costumière, vous pouviez tenter quelques petites questions hautement instructives sur le fait de surfiler ou non, de passepoiler et de faire sauter les plis d'aisance (n'oubliez pas... les chanteurs ont souvent du... coffre !) Toujours pleine de compassion pour le malheur d'autrui (et surtout que les pauvres devaient rabâcher la même chose depuis dix heures du mat.) j'ai préféré prendre tous les papiers explicatifs devant chaque mini exposition, me réservant de lire ça à tête reposée et chez moi, sans PERSONNE autour !


Quant aux répétitions publiques (un ballet et des airs de Carmen), il fallait se translater dans une autre salle Saint Machin des Machines (Saint Pierre des Cuisines, pas trop loin) mais, comme il était déjà près de quinze heures et que la première démonstration n'était que le matin et la seconde passée depuis une bonne heure, il ne nous restait plus grand chose à voir... moi qui naïvement pensais visiter les coulisses et l'antre des machinistes... niet, mais là, il faut être logique, vous imaginez cette foule se ruant dans le bastringue et en train de vouloir toucher à tout... ça aurait viré à la cata (et encore, je ne parle pas du belou moyen, en train de ruser pour piquer un souvenir... j'ai déjà vu ça, donc je sais que ça existe !)

Donc, en résumé, deux jours, c'est trop court ! Surtout en période de vacances ! Les pauvres organisateurs ont été victimes du succès de la manifestation, c'était plutôt une foire d'empoigne qu'une visite bien construite, je plains de tout mon palpitant les pauvres "réquisitionnés" qui ont dû subir l'assaut d'une horde fébrile venue mettre un peton dans le temple de l'art, comme on dit, on a a traumatisé pour moins que ça ! Il y avait trop de monde pour ça, déjà le vendredi, alors imaginez ce que ça a dû être samedi, mais là... je n'ai pu que l'imaginer, renonçant à y traîner dragon le lendemain (c'est bizarre d'ailleurs, je n'ai cru qu'à moitié à son air déçu)

Mais je ne suis pas mécontente pour autant, puisque j'ai côtoyé enfin des gens comme moi  qui ont pu  voir un lieu jusqu'ici "réservé", j'espère que ceux qui auront assisté aux répétitions des choeurs et du corps de ballet, auront la bonne idée de se payer au moins une représentation dans l'année (calculez vous mêmes le nombre de sombres bouses qu'on va voir au cinoche... additionnez celles-ci, et vous avez plus que largement le prix d'une place à l'opéra... réfléchissez...)

Bon, je vous laisse, j'ai des lectures d'articles chez vous à faire et une liste à de post-its à déchiffrer (je sors la pierre de Rosette, ça peut aider)
Bonne soirée et à plus...

La dragonne


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

maxime 07/04/2007 13:42

hum, au fait, c'est C3PO, le robot... (ou R2D2, mais vu que tu as utilisé un 3, un C, un P, j'ai supposé que c'était C3PO...)(Mes excuses pour ce commentaire inutile et idiot... ça me permet de te dire que tu es dans mes liens dorénavant... wouah ! quelle chance !! haha...)

Sieglind 08/04/2007 10:58

J'ai toujours tendance à rajouter un X sais pas pourquoi... hé,hé (pour D2R2, ça me rappelle mon gamin, plus môme, qui disait D2...merdeux... morts de rire les parents, on n'arrivait pas à le reprendre... évidemment hé,hé)Bonne journée Maxime

Roanne 18/03/2007 16:14

Il est certain que pour le commun des mortels, la visite devait être intéressante à conditions de ne pas se retrouver écrasé dans la masse ^^.

Sieglind 19/03/2007 23:35

Ce que j'ai faiili subir hé, hé ! Bises Roanne

mireille 15/03/2007 09:33

Je vois que tu restes zen toute la journée : chouette ça Je plaisante ...Bonne journée.Mireille

Sieglind 16/03/2007 11:33

Moi aussi hé, hé; C'est dans ma nature de toute façon. Bonne journée Mireille

sugi la fourmiz 25/02/2007 16:02

Rattrapage rattraper  , enfin du moins pour cet article lolC'est épique cette sortie dit moi ^o^Gros bisous

Sieglind 26/02/2007 08:52

T'as du bol pour le rattrapage, pas fait moi ! Hé, hé. Bises ma fourmi et bonne journée.

Christine... 24/02/2007 12:39

Je n'ai pas eu à me poser la question ... pas d'Opéra sur l'île !! Mais merci de me faire profiter de ta visite ! Elle est très vivante et très réaliste, (même pas touché le piano !!) au point que j'ai aussi eu quelques chaleurs !!!J'espère que ce bilan permettra d'organiser régulièrement d'autres manifestations de ce genre et surtout sur le plus longues périodes !!Ca fait quand même super plaisir que l'Opéra retrouve sa popularité !Bon ... je n'ai pas perdu mon temps pour autant ... moi, j'étais au coeur du carnaval ... et quel carnaval !!!Plein plein de gros bisous Jolie Dragonne et bon week-end !

Sieglind 26/02/2007 08:51

J'ai vu ! Excellents tes clichés, ça donne vraiment envie d'y aller ! Pour le fait de durer plus longtemps pour l'opéra... c'est vrai que vu l'argent que ça doit coûter, faut pas trop rêver... mais ça serait bien ! Bises Christine et bon début de semaine