La CLEMENZA DI TITO - Acte I (re-suite)

Publié le par Sieglind

Bonjour!

Or donc, la dernière fois, vous vous souvenez de la "boulette" de Titus, même si c'était totalement involontaire de sa part, vu qu'il était pas au jus, les deux copains se donnant des coups de coudes pour savoir qui allait cracher la pastille et le plus impliqué "affectivement", . faisant passer la raison d'état avant les siens... d'états d'âme. Donc, Titus, s'est pris le bourrichon un moment avec sa rupture avec sa copine Bérénice, mais selon le vieil adage, "faute de grive..:etc" il s'est rabattu sur la merlette de son pote Annius (de toute façon, c'est bien fait pour lui, l'avait qu'à se sortir les doigts du fondement un peu plus tôt celui-là !)
Fin donc de la scène quatre et arrivée du bibelot (quand on parle de la nana, qu'on fait ses p'tites bidouilles, qu'on pense convoler alors que la minette n'est même pas là... si c'est pas le prix qu'on gagne à la pêche au canard à la fête à neuneu qu'est-ce que c'est !)



LA CLEMENZA DI TITO - ACTE I - Suite -

Le lieu : Toujours le même, vu qu'Annius s'est lui même envoyé un rateau (jamais mieux servi que par soi-même) et que ça a eu une influence notoire sur sa motricité (neuronale et musculaire à mon avis), puis à la scène 6, une "retraite délicieuse" (on suppose tout et n'importe quoi là) sur le mont Palatin, pied-à-terre à l'usage exclusif de l'empereur régnant... une sorte de... Castel Gandolfo; mais pas pour papes (ou alors ils doivent ne pas avoir fait voeu de chasteté, on sait ce que ça donne les garçonnières hein ?). Je vois bien ça équipé des dernières nouveautés "attrapes-belettes" moi (la voiture de sport décapotable, négligemment garée devant la piscine olympique avec la sardine hyper-trophiée en marbre qui crache de la flotte au milieu,  les meubles en peau de panthère (ou de sardine, c'est joli aussi), la dépouille plantigrade (babines retroussées sur un ratelier passé au Blanco) devant la cheminée. Mais là, le type à tout planqué, vu qu'il reçoit des potes et pas sa nouvelle conquête et ça dépasse un peu du placard qui ne veut pas fermer.

Les personnages:
- à la scène 5, Servilia, la "fiancée vendue" pour paraphraser Smetana (opéra aussi), Annius, son futur-ex,
- à la scène 6, viennent se greffer Titus, publius, le préfet déjà apparu avant,  Vitellia, la sournoise qui a fomenté un attentat contre Titus qui l'avait laissée tombée comme une vieille thong, Sextus, le frangin de Servilia, enfin tous ceux qu'on a déjà vu précédemment (je sais, avec leurs noms à coucher dehors avec un billet de logement, pas évident de suivre)

Au changement de scène, Annius est en train d'enfoncer le clou en s'auto-flagellant tout en essayant de se persuader qu'il suffit qu'il remplace l'amoureux par le fidèle sujet de son ex-copine (mais oui, rien de plus simple !) et c'est au moment où il envisage sérieusement de se taper la tête sur les colonnes histoire d'entendre le son creux que ça rend que Servilia fait son entrée :
" Chouchou !!!
- Mets-là en sourdine ! J'ai plus droit au titre !
- Hein ? Et en quel honneur?
- C'est Titus qui t'a tirée... au sort - (esprits mal tournés, je vous voyais venir...) - et il m'a demandé de venir t'annoncer la bonne nouvelle. Là, je sautille d'allégresse pour toi, mais c'est à l'intérieur, ça se voit pas ! - (par contre, le type à du mal à aller jusqu'au bout, on dirait que ça lui coûte un oeil à chaque fois qu'il l'ouvre !). - Bon, c'est pas tout ça... j'ai un crin (de corde) à pendre... je file. Aux fines herbes ton altesse !
- Minute Tartempion ! - (papillon, y-en a marre !) - Pourquoi moi ?
- T'es la moins moche, certainement... tu me lâches la grappe oui ?!
- On nage en pleine blédine et tu décanilles ? J'ai besoin d'un minimum d'info tu trouves pas ?
- Trop tard ! Je craque ! Fallait pas me retenir, j'peux pas te laisser ma biche, je morfle trop !.M'en fous mais je continue à t'appeller bibiche, j'ai du mal à me faire à la majesté moi !"

Les deux tourtereaux tombent dans les bras l'un de l'autre, ça sent la rébellion tout ça, et sortent collés-serrés pour planquer leurs amours dorénavant classées "crime de baise-majesté" (pardon, pas pu m'en empêcher !)

A la scène six, on se retrouve donc à la résidence palatine de l'empereur. Publius, le préfet met sous le pif de Titus une feuille tout ce qu'il y a de plus officiel.(je voyais bien une tablette de marbre, comme dans Astérix, mais pour la tenir du bout des doigts, il y aurait quelques inconvénients, du genre orteils explosées si le poulet tombe par terre).

"C'est la liste des courses ?
- Nan ! Celle de cocos qui n'ont pas voté comme il fallait - (de circonstance ?) - Va y avoir du ménage !
- Rien à cirer ! Je passe l'éponge sur tout, pas envie de me ruiner ma journée moi !
- Mais..."

Ils sont interrompus par une Servilia, un brin échevelée qui entre tellement en trombe qu'elle part en dérapage et traverse la scène pour se raccrocher à la première colonne se trouvant sur sa trajectoire (rien à voir avec l'opéra, vous vous en doutez, à moins que ça arrive accidentellement ; ça me plairait bien d'ailleurs)

" Machin, on doit causer !
- Ma reine !
- Pas de ça pour le moment, j'ai un truc à te dire !
- Publius, va voir sur le balcon si j'y suis, j'ai à causer !
- J'suis consciente de l'honneur que tu me fais mon gars en voulant m'épouser, mais il y a un tout petit problème... J'en pince pour Annius, et ça date pas des prunes de l'année c't'histoire ! Alors si tu vois que j'ai "un peu" la tête ailleurs une fois avoir fait sisite sur le trône avec toi, j'te préviens... j't'aurai prévenu... Donc, c'est toujours d'accord pour le contrat, vu que j'aurai du mal à dire non à un type haut placé comme toi, mais tu sais à quoi t'attendre...
- Bin mon colon, t'as pas la langue de bois toi ! Mais ça me plaît ! Allez... j'suis bon prince... j'te l'donne ton Annius, j'suis pas un rat ! Et puis ça va peut-être décider les autres concitoyens à la jouer franc du collier quand je leur demande de me dire ce qui cloche... va savoir...
- Là, tu m'en bouches un coin !J'sais pas quoi dire ! -(mais elle le chante !) -
- Tu sais pas quoi...  t'as qu'à me faire de la pub. c'est toujours bon pour moi de toute façon non ? Et ça me plairait bien si tout le monde était aussi sincère que toi ma cocotte !"

Il sort après son air et laisse une Servilia en lévitation sur son petit nuage.  Vitellia entre, histoire de se couvrir encore de honte pour avoir une fois de plus été doublée au poteau, mais obligée d'aller présenter ses voeux à la nouvelle impératrice, c'est de bon ton dans le grand monde.
Elle a l'air franc comme un âne qui recule quand elle récite son petit compliment et Servilia n'est pas dupe.et lui conseille d'être un peu plus aimable, si ça se trouve, ça sera elle la nouvelle copine de Titus...
Sur ces paroles, elle sort en gambadant et Vitelia se demande si elle n'est pas en train de se foutre de sa gu...goule, ainsi que son ex, parce qu'il choisit tout le monde sauf elle...dans ses plans matrimoniaux, ça vexe !

Sextus entre à son tour:

"Louloute !
- Alors quoi de neuf, ça fume au Capitole ? T'as vu Lentulus pour "notre affaire" ? Titus est zigouillé ?
- Pas encore eu le temps de m'y mettre désolé !
- Tu te fous de moi là ?! Et d'abord j'suis pas ta Louloute !
- Mais c'est toi qui a demandé une pause...
- Mais il répond l'effronté ! T'as pas vu comment on me traite ? Et t'as l'aplomb de vouloir que j'en pince pour toi ?! Tu veux que je fasse un dessin ? Tu rêves d'être en haut de l'affiche, j'te nomme "patriote" ! Tu veux viser encore plus haut, je t'indique la route vers le trône ! Tu me veux dans ton plumard, tu me venges  et je cours préparer la chambre ! Ah... et je garde le meilleur argument pour la fin...si Titus clamse, tous les risques que je retombe amoureuse de lui disparaissent... Bin oui, faut être lucide, j'étais tout de même accro ! A mon avis, il suffit qu'il change d'idée comme de slip et regarde à nouveau vers moi, pas sur que je ne craque pas... tu sais...j'suis une faible femme.... tu veux pas qu'on te traite de mari complaisant s'pas ?
- N'en rajoute plus, la cour est pleine ! C'est bon ! Tu l'auras ta vengeance ! Mais...
- Pas de "mais" ! T'es un mou ! Marre de voir ta tronche de flamby, tire-toi ! Oublie-moi mandoline !
- Bon... d'accord.... je le ferai !
- J'ai un doute... tu va virer d'idée avec le sens du vent...je le sens bien...
- Promis, craché, juré ! C'est comme si c'était fait ! Je file, mais toi non plus changes pas d'idée hein ?"

Il détale pour ourdir à tête reposée son attentat et la fille reste à se tordre les mains, comme les bonnes méchantes des films muets.

On va la laisser là, (avec du bol, elle va s'emmêler les doigts, ça lui fera les pieds) et on se retrouver un peu plus tard pour la scène dix de ce premier acte.Je vous disais déjà que Mozart peut faire des opéras de deux actes seulement, mais quand on voit le nombre de scènes... c'est du morceau tout de même !


A propos de ma proposition d'une suite "un peu" plus tard, cette fois ci, ça risque d'être plutôt tard qu'un peu si vous me suivez. La cause en est l'arrivée demain et pour quelques jours de mon joli-papa, je me dois de me consacrer à lui, ainsi que toute la tribu, celui-ci étant veuf depuis peu, vous comprendrez qu'il y a priorité n'est-ce pas ? Alors, point d'inquiétude si vous constatez que je suis un peu plus rare que d'habitude (si si, c'est possible) je la jouerai famille.

Donc, à bientôt, bon week-end et aux alentours de mardi pour mon retour à l'ordinateur. Allez je file, plus qu'une heure avant le dîner, et je n'ai évidemment rien prévu !

La dragonne

Publié dans Mozart

Commenter cet article

&hearts :0071: &hearts Moyra &hearts:0071: &hearts 03/05/2007 09:39

C'est vrai que faire avec les meufs par tirage au sort ça revient à aller à la foire aux bestiaux un jour de tombola!Et normal que la "bête" rue dans les brancards!Ah! ces mecs, ils ne mesurent pas la "gravitude" des viragos en pleine Ire.Bisou ma belle et à ...dès que possible.

Sieglind 04/05/2007 09:01

Ah, toi aussi t'as fait le rapport avec une foire aux bestiaux ! ça me rassure hé, hé. Bises Moyra et bonne fin de semaine

Mr P. -----------------> 01/05/2007 23:54

Pour la bouffe, fais comme moi : tu jettes pleins de trucs différents dans un wok, et tu vois ce qu'il en sort ;-)

Sieglind 02/05/2007 09:24

Je fais régulièrement, et là, ça tombait bien, on a mangé chinois hé, hé.Bises Mr P.

&hearts :0071: &hearts Moyra &hearts:0071: &hearts 01/05/2007 19:53

Coucou copine! pour te porter bonheur. gros bisou et bonne soirée.

Sieglind 02/05/2007 09:23

Bises copine et merci ! On est resté au chaud (obligés de reficher le chauffage, tu te rends compte; après trois jours de soleil radieux, ça "énerve" un peu !)

sugi la fourmiz 01/05/2007 18:36

Kikou ma dragonne :-))Je te souhaite un bon 1er MaiJe suis toujours malade! J'arrive pas à guérir..la j'ai mal de gorge...et pourtant il fait si beau... Ca ne m'empèche pas de faire des balades!Groooooooooos bisousSugi la fourmiz

Sieglind 02/05/2007 09:21

Fais gaffe, à laisser perdurer la chose, tu risques de fragiliser la gorge... consultes, on ne sait jamais (surtout si tu chantes, imagines les dégats !) Bises ma fourmi

Milady 01/05/2007 16:00

Ouch... pas très assidue la Lady ces temps-ci... je crois que je vais laisser passer Titus et attendre le prochain...Mais dis-moi, pourquoi est-ce que quand j'ai lu le nom du pote Annius je me suis doutée que tu allais rajouter une bêtise entre parenthèses ?Bises Dragonne et bonne fin de journée.

Sieglind 02/05/2007 09:20

Si tu savais les efforts que j'ai fait pour rester "correc'!" ça me démangeait sacrément de virer dans le graveleux hé, hé. Bises Milady