LA WALLY - Un an plus tard... au Tyrol

Publié le par Sieglind

Bonjour à tous

Alors remis de la plâtrée que je vous vous êtes ingurgités hier ? Pas sympa de ma part de vous surcharger pondéralement (même si c’est que des paroles, on parle bien du « poids des mots et du choc des photos non ?) Aujourd’hui, on reprend donc à la fin de l’acte I quand la fille décide de faire un fugue en ré mineur (la tonalité est plus dramatique)

 

LA WALLY – ACTE II  Un an après l’escapade de la fille.

Le lieu : la place de l’autre village Sölden (celui ou habite le fameux chasseur d’ours Hagenbach,  Le bled est décoré pour la fiesta : lampions, guirlandes, fleurettes… (fête du Corpus Christi – corps du Christ pour les non latinistes) Pour la circonstance, les autochtones ont sortis les tenues tribales (la culotte de peau, le capeo, les chaussettes enfin tout le toutim) et entament dans tous les coins des danses de la pluie en poussant leur cri de guerre connu (yodlédileï, yodlédiyoooo). En fond, configuration normale d’une place de village : une église, un troquet, on peut même faire bonne mesure en rajoutant la boulangerie… (pas prévu, mais, d’en rajouter pour le plaisir, ça mange pas de pain ! Gnark !). C’est une fête typique du style « Foire au mariage » alors chaque fille ou mec encore célibataire se pavane en faisant la roue, pire qu’un concours agricole du plus beau charolais.

Les personnages : chœur mixte : villageoises, villageois, de toutes tailles et de tous âges, un vieux soldat (ils ont dû l’oublier là, à la dernière bagarre et ça fait trente ans, qu’il attend qu’on lui dise que la guerre est finie), Walter, le barde copain de La Wally , Gellner le promis (par le père) de celle-ci,  Hagenbach, chasseur de winnies et secrètement aimé de l’héroïne, Afra (avec c’qu’elle pourra !) la patronne de l’auberge, et enfin La Wally-la Voilà  !

Lever de rideau de l’acte sur la foule des Söldenois-nais-neux-niais (toujours un problème moi avec le nom des habitants d’une ville) en train de se la jouer danse tribale et cris d’apaches.





 

Le vieux bidasse se fiche un peu de la trombine de Walter qui roule des mécaniques devant  les filles en lui faisant remarquer que c’est pas sympa pour la copine qui lui a offert son beau costume du dimanche. Il lui rétorque que, d’abord c’est pas un micheton, et que La Wally , c’est sa meilleure copine d’enfance alors, s’il veut pas avoir à bouffer son attirail et son uniforme, galons compris, il a intérêt à la mettre en sourdine.

Gellner (l’ex-futur époux de la Wally ) mate du côté de son rival Hagenbach en marmonnant que c’est bien la peine que celle-ci se décarcasse à venir à toutes les sauteries étant donné que « l’autre » batifole à droite et à gauche et qu’Afra (avec…etc.) retient – un peu – son attention en ce moment.

Le chasseur d’ours fait le pari de danser avec la Wally rien que parce qu’on vient de lui dire que le dernier qu’à essayé de lui faire un béco est parti sur un brancard et qu’il n’y a personne pour l’amadouer la misandre. Afra, lui conseille de pas trop tirer sur la corde parce que ça se fait pas de jouer avec les sentiments ! (pas tort la meuf !)





La Wally se pointe et balance :

« Avis à la population ! J’aime pas me faire lécher la pomme ! Celui qui pourra, ça sera juste mon légitime, le mec que j’aurai choisi, moi ! » - (du caractère hein ?  Un peu à la Carmen d’ailleurs non ?)

Les mecs commencent à melouner à part, parce que depuis le décès du papa (ah oui, j’l’avais pas dis, enfin eux, non plus remarquez, et bin il a cassé sa pipe – le remord sans doute) la fistonne héritière a pas mal d’attraits et pas que physiques ! Elle s’installe à la terrasse du café. Gellner la rejoint et se fait envoyer salement sur les roses par la fille !

« Toi, j’t’ai dans le collimateur ! C’est ta faute si je me suis faite ficher à la porte ! Mais j’suis pas ingrate, j’te file du blé, tu te seras pas déplacé pour rien ! – (dur !) – et pis comme disait ma mémé : « Quand on t’offre un truc, t’es sur d’être déçue et de détester ça ! Ainsi tourne la boule bleue : l’amour c’est rigolade et pleurnicherie mélangées !

- Tu fais ton intéressante, mais tu te la pète un peu trop, ça me paraît bizarre, moi, que toi qui fuyais les sauteries comme Belzébuth, tu sois de toutes les guinches maintenant !

- Même pô vrai !

- Eh Pinnochiote j’te rappelle que ton paternel t’avait promise à moi parce qu’il savait pour l’Hagenbach ! Et que si tu pensais raccrocher le brochet, c’est loupé, vu que ses noces sont prévues pour dans pas longtemps !

- Maintenant que tu le dis… z ‘étaient un peu trop proches pour se causer, à moins qu’ils aient virés sourdingues tous les deux !

- Comme Mémé disait : ainsi tourne la …

- Tu vas la boucler ou je t’aide ? Mais ça va pas se passer comme ça !"

Afra, la goule enfarinée,  se pointe pour prendre la commande et La Wally en profite pour lui balancer que son eau de vaisselle elle peut se la garder. Et comme la minette a la lippe qui tremble (sensible pour une serveuse) elle lui balance du fric, en lui disant que ça doit suffire pour lui rendre le sourire.

Hagenbach, très calme, (trop à mon avis) récupère l’oseille et le balance à son tour aux musiciens en disant que c’est la patronne qui régale. Il en profite pour glisser à Afra, qu’elle s’inquiète pas… il va la venger. Sur ce, il demande à ses copains combien ils sont prêts à miser sur le baiser qu’il va piquer à la mégère. Les paris engagés, il ôte la plume de son chapeau et la fiche à l’envers (paraîtrait que c’est une coutume du coin, signalant qu’une promesse ou un vœu va se réaliser – c’est des tyroliens… faut pas chercher…)

Gellner qui a vu son manège essaie de prévenir La Wally , mais le parieur s’avance et invite la fille à tricoter des petons sur la piste de danse. Elle, flattée (quelle nunuche aussi, plus miro tu me diras où t’as vu ça !) Accepte mais remarque quand même son drôle de regard. La danse c’est simple : c’est qui arrivera à piquer un béco à sa copine, si c’est gagné, le couple arrête de danser (simple non ?).Le couple est en pleine discussion (et la musique ils en font quoi ? On s’assoit pour causer ! Pfff ! N’importe quoi !). Elle est en train de tout lui déballer et l’autre, tombe des nues, parce qu’il a toujours cru qu’elle le détestait comme son paternel.






Vous vous doutez que, du coup, le pari… n’a plus de raison d’être (ou alors ça serait de bon cœur qu’il lui ferait la bise, mais sans la capacité persuasive du pognon). Il se sent un peu péteux comme on dit. Et c’est elle qui le provoque. Il craque, enfin les deux craquent et c’est un bisou des plus enflammé qu’ils échangent.

Les autres applaudissent : le pari est gagné et Afra est vengée !

"Mais de quoi vous causez ? – lance La Wally redescendue de son cumulus.

- Vise ton « amoureux » qui se murge gentiment à la terrasse de ta rivale. Là, tu vois, il encaisse ses gains ! - Lui répond la foule sadiquement

- Gellner ! Rapplique ici et fissa ! Tu veux toujours que j’t’épouse ? Et bin faut qu’il crève avant !"

La fête se finit et tout le monde rentre chez soi alors que le rideau tombe sur la fin du deuxième acte de La Wally

 

 

 

 

 

 





 

 

Chaude ambiance encore n’est-ce pas ? La suite ne présage rien de bon… enfin à part pour ceux qui adorent les choses bien dramatiques (hé, hé).

On verra ça demain … parce que là, il faut quand même faire une pause non ?

 

Bonne soirée (vous avez vu la nuance ?  D’habitude, c’est bonne journée !) et ne veillez pas trop tard !

La dragonne

Publié dans Catalani

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Manue la Clocharde 21/09/2005 13:47

L'encre virtuelle invisible est de retour... héhéhé
Amour, vengeance ... un vrai "soap" opéra !!! lol
Bises
La Clocharde
Là, je craque! lol
Bises Manue

simone 21/09/2005 13:10

tu as marqué bonne soirée...ok compris ..c est clair et net... et tu reviens quand ???
J'suis revenue, le lendemain... c'est à dire aujourd'hui quoi! lol
Bises Simone

simone 21/09/2005 13:08

tu as à nouveau des expression que je ne connais pas...bon je vais déjà comprendre ....! bizzz
Comme d'hab.! lol
Bises

simone 21/09/2005 13:06

hello j arrive enfin ...merci pour ta visite...quelle description....! ça déménage...comme si tu y étais !
Mais j'y étais! J'étais là moi! comme dirait l'abeille de la pub!
Bises

Stephane de Las Vegas 21/09/2005 12:24

C'est quoi le reste? Mdr!

A suivre... aujourd'hui!
Bises Stéph.