LA BARBIER DE SEVILLE - Nuit d'orage

Publié le par Sieglind

Bonjour !

Alors on aborde la fin de cet opéra bouffa qu’est Le Barbier de Séville ? Point de sueurs froides, votre pensum est bientôt fini les copains ! Mine de rien, celui-ci, il n’a beau faire que deux actes, il est bien dense en intrigues et rebondissements, je trouve et encore, c’est sans compter la musique avec un vrai souffle lyrique et humoristique même! Du bon Rossini de derrière les fagots et une scène d’orage… mémorable côté instrumentale, et point n’est besoin de regarder du côté de la Sixième de Beethoven pour comprendre que c’est une sorte de mini poème symphonique à lui tout seul ; d’ailleurs il nous a habitués à ce genre d’intermèdes, allez voire du côté de Guillaume Tell (et celui qui me dit, ce morceau, je connais pas…. Mmmmm , je n’sais pas ce qui me retiens de lui mettre la tête dans la platine ! Hé, hé !) Si j’étais une pro et que me niveau confiance me le permette je vous en ficherai moi, des extraits musicaux… mais après réflexion, où serait le plaisir que vous alliez de vous-mêmes dégoter les morceaux hein ?

Donc LE BARBIER DE SEVILLE de Gioacchino Rossini ACTE II (suite et…fin)

Le lieu : Un pièce, encore dans la maison du Picsou local, Bartolo. Une grande fenêtre (ouvrante, vaut mieux pour la suite)

Les personnages : Bartolo (normal, c’est quand même à la base chez lui !), Basile le maître de musique et homme à tout faire du maître des lieux, Rosine, pupillesquement verrouillée dans la place, Figaro et son blaireau, le comte et son blason, un officier (c’est plus une baraque, c’est une caserne !) sa troupe (choristes engalonnés) et Berta et Ambrogio, complètement passés aux oubliettes. (il a du les virer !)

Au lever du rideau, bartolo est en pleine conversation pré-matrimoniale :
« Alors comme ça, cet Alonso est inconnu au bataillon ?
- Jamais vu ce coco !
- Donc, c’est que l’ennemi est dans la place !
- En tout cas, les bifetons, c’est des vrais et ça fait une belle bosse la liasse qu’il m’a filée !
- M’en fiche à minuit, tout est réglé et la gamine se retrouve embartolosée pour le meilleur et pour le pire !
- Avec ce temps ! Courir trouver le notaire ? Surtout qu’il est déjà réquisitionné par Figaro qui marie sa nière.
- File le chercher je te dis ! Figaro, tonton, ça me fait rire tiens ! Tout ça c’est pour réquisitionner le mec et qu’on se retrouve le nez dans la pâtée ! »

 



Basile prend les clés de la porte d’entrée et file comme le vent, qui souffle pas mal d’ailleurs à l’extérieur, m’est avis, que ça va tourner à l’orage.

Bartolo apostrophe sa pupille qui entre en lui sortant le gros canulard que le faux don Alonso (donc le vrai comte) lui a sorti :
« Tiens machine ! J’en ai une bien bonne à te raconter : ton soi disant amoureux, cousin de Figaro, et bin tes billets il en fait des cocottes en papier pour décorer l’appart d’autres nanas ! La preuve !  - il lui file le billet doux. En plus, pour arranger la sauce, il est de mèche avec un certain comte Almaviva et fait le marché pour lui. - (bien vu quand même !)
- C’est pas au paradis qu’il l’emportera celui là ! – (un tantinet vexée ?) – pour le faire bisquer, bin j’vous épouse ! – (elle a la vengeance leste quand même !). Par contre, il va y avoir un problème ce vil séducteur et Figaro vont pas tarder à montrer leurs sales museaux de traîtres, étant donné qu’ils ont piqué la clé de votre trousseau.
- Merci de l’info, j’vais chercher les flics on va les prendre en flag, on dira qu’ils sont venus piquer l’argenterie ! »

Il sort et après le fameux interlude orageux, la fenêtre du balcon s’ouvre et les deux zozos mentionnés entrent, à l’aide d’une échelle, un peu à essorer, en faisant « splotch-splotch » avec leur godillots mouillés, vu la saucée qu’ils ont reçue.





A ce niveau c’est pas l’averse c’est le déluge au quarantième jour et les fringues bien imbibées d’eau, ça doit être coton ça pour le jeu de scène (plinc, plinc, splitch, splotch à chaque tirade, y a mieux comme boîte à rythme) – j’imagine très bien l’accessoiriste en train de leur balancer des seaux d’eau dans la tronche pour faire plus vrai tiens ! A tâtons vu le peu de lumière (l’orage a dû faire péter les plombs de l’installation) ils cherchent Rosine et la trouvent. Le comte s’élance :
« T’avances et  j’te décalque ! – siffle la fille en position de karateka
- M’enfin qu’est-ce qui te prends ? C’est ton cycle qui de travaille ou quoi ?
- On joue les rabatteurs pour un blasonné, et on se pose la question !
- Mais alors … t’en pince vraiment pour le Lindor !
- J’ferai ce foin sinon ?
- L’affaire est réglée parce que le gars emparticulé c’est bibi ! Y a plus de lézard, tu en pince pour moi et pas pour mon porte-feuille, donc j’t’épouse ! - (les filles faites gaffe aux mecs qui s’appellent Lindor….ils vous testent !)
- Chouette ! - Approuve Figaro - mais crotte de patafiolle ! (ça c’est un bémol à la liesse collective !) Y a des mecs qui se pointent dans la rue avec une loupiote ! Faudrait voir à garer nos miches ! Re fiante de ptérodactyle ! L’échelle s’est fait la malle ! Et j’ai pas mon élastique sur moi ! Vite ! Planquez les meubles ! »





Ils sortent tous pour ne pas se faire repérer, mais restent à proximité pour ne rien perdre de l’histoire. Basile entre, traînant derrière lui le notaire(rôle muet, ça repose !). Figaro ne se laisse pas démonter et s’avance en disant qu’il a failli attendre ! Bin oui ! Sa « nièce » doit se marier illico presto avec le compte Almaviva. Manque plus que la croix au bas du papier et enveloppé c’est marié !
Le comte se débagouse et lui tend le cabochon :
« Mais ça serait y pas tombé de ton didine ça par hasard ?
- Corruption de… musicien ?
- Tu préfères que j’te débouche les sinus ? Menace l’amoureux en lui fichant sous le pif un tromblon.
- Maintenant que j’y pense… j’ai maigri et la bagouse a du glisser… Donc qui sert de témoins ?
- Ta fiole et Figaro ! ».

Tout le monde y va de son autographe. Bartolo entre à ce moment avec une escouade au train :
« Haut les mains, peau d’lapin ! Z’êtes faits comme des ragondins !
- Nom, prénom, âge, qualité ? – lance l’officier qui commande cette joyeuse troupe.
- Rien qu’à la première syllabe tu te fais petit mais alors d’un petit qu’il faudra une loupe pour pas te marcher dessus ! En plus t’as pas intérêt à filer tes sales pattes sur ma meuf… sinon c’est au fin fond du Pérou que t’iras faire la circulation ! J’suis le comte Almaviva  énième du nom !
- Bin mon colon ! – lance Bartolo un peu secoué
- Toi le vieux croûton, t’as pas intérêt à la ramener, étant donné que ta pupille, et bin c’est ma légitime maintenant ! – lui assène derrière les oreilles Almaviva en lui fichant le contrat sous les naseaux. Pour arrondir ton compte en banque cherches ailleurs ! Cendrillon se fait la belle !
- Et dire que cette carpette de Basile a tourné sa veste ! En plus, je leur ai prémaché le boulot en piquant l’échelle !
- C’était « une précaution inutile » tu crois pas ? – ironise Figaro
- M’en fiche j’garde la dote en dédommagement." (facilement calmé le vieux barbon !)

Et chacun y va de son couplet de vœux de bonheur alors que le rideau tombe sur la fin de l’acte.





Voilà ! Vous pouvez fermer les cahiers et sortir en récréation ! Le Barbier ne vous a pas trop « rasés » j’espère ? Un conseil d’ami…. Tâchez d’écouter au moins des extraits de celui-là, il a tout pour être « audible » par tout le monde (musique, texte marrant et même pour ceux qui peuvent trouver la version filmée, le jeu de scène est assez drôle) par « barbant » quoi le truc (je sais j’en fais un peu trop, mais c’est pile « poil » le moment non ?)

Bonne journée et à plus.

La dragonne

Publié dans Rossini

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

cleomede 02/10/2005 21:42

Ouais bin moi je sais que chez toi c'était le déluge tout à l'heure lol
Lindor moi ça me rappelle plutôt le chocolat
Bonne nuit ma dragounette gadget
Gros bisous doux

En plus c'est du bon... le chocolat lol Bises Cleomede.

DrÎle de mine 30/09/2005 20:47

Et dire que j'avais raté ça hier!! oups!!! moi qui adore les happy ends! tout ça à cause du mouchoir ;-)
re gros bisous dragonne et bonne soirée!
Pour lire, évite le kleenex devant les yeux... ça peut aider...lol
Bises ma petite Plume

isis 30/09/2005 08:19

et ben et Berta alors ?? elle l'épouse pas son grippe-sou ? oui, je fayote un peu , c'était juste pour montrer que je suivais ... bonne journée Dragonne !!
Faut lire Beaumarchais pour ça! Pour Rossini, ça semblait pas trop important lol
Bises Isis

sugi 29/09/2005 22:47

Petit coucou en passant pour te remercier de ton com, Ca ma réchauffer le coeur (j'ai un coeur d'artichau T____T)

Je te fais pleins de gros bisous

Amitié d'une fourmi

sugi

ps:pour la newsletter pour les photos suffit que tu t'y inscrive à celui de mon blog photo (comme ça fini la tête en l'air lol)
Merci Sugi heureusement que t'es là! lol Bises ma fourmi et repose-toi

Mr Smile 29/09/2005 18:44

J'ai bien apprécier celui-là.
C t vraiment cool, tout quoi.

PS : J'ai reçu Kamelott Auj'hui ^_^

PS 2 : Dis-voir y'a encore des points à prendre pour la dernière question ^_^ chez moua
Et pourtant, c'est bizarre, y a aucun mort  (hé, hé!)
Bises et bonne journée (fais gaffe à ta main!)